ShareThis

Sophia : W3C et ERCIM dans le projet européen BigDataEurope

Le challenge Big Data! Menés par le Fraunhofer IAIS, douze partenaires européens dont à Sophia Antipolis le W3C et l'ERCIM, vont développer une plateforme Big Data adaptée aux besoins des communautés d'intérêt (SMEs, grands groupes, universités, etc.) de la santé, de l'alimentation, de l'énergie, du transport, du climat, des sciences sociales et de la sécurité. Lancement officiel le 27 février à Bruxelles.

Le W3C et l'ERCIM à Sophia Antipolis dans le grand challenge européen du Big Data! Ils font partie des douze partenaires d'un nouveau consortium dont l'ambition est de mettre en place une plate-forme "Big Data" pour permettre à des communautés d'intérêt (SMEs, grands groupes, universités, etc.) de mieux exploiter leurs données. Les sept domaines d'intérêt sélectionnés, qui constituent autant de défis sociétaux, sont la santé, l'alimentation, l'énergie, le climat, le transport, les sciences sociales et la sécurité. Dans ce projet BigDataEurope du nouveau programme "H2020" de l'Union Européenne, le W3C et l'ERCIM s'occupent à la fois des volets scientifique et dissémination.

Faciliter l'utilisation des technologies Big Data

Le contexte. Le processus croissant de numérisation et de mise en réseau au sein de notre société a une grande influence sur tous les aspects de la vie quotidienne. De grandes quantités de données sont produites en permanence. Dès lors qu’elles sont analysées et liées, les données ont le potentiel de produire de nouvelles connaissances exploitables par solutions intelligentes favorisant l'économie et la société dans son ensemble. Pour faciliter l'utilisation des technologies Big Data, l'Union Européenne finance un projet interdisciplinaire de recherche et d’innovation appelé BigDataEurope.

L'objectif. Dans le cadre de son tout nouveau programme recherche et innovation "Horizon 2020", l’Union Européenne a l’ambition de relever d’importants défis sociétaux comme la santé, l’alimentation, l’énergie, le transport, le climat, les sciences sociales et la sécurité. Dans chacun de ces sept domaines, la manipulation de grands volumes de données joue un rôle croissant, comme l’analyse des données médicales, la fourniture décentralisée des énergies renouvelables, ou encore l’optimisation du trafic routier dans les grandes villes.

Les technologies Big Data contribuent fortement aux avancées économiques et sociétales. Bien que de nombreuses et importantes technologies des Big Data soient disponibles gratuitement en tant que logiciels open source, elles se révèlent souvent difficiles à intégrer et à déployer. En pratique, soit les outils disponibles ne sont pas bien adaptés à un problème particulier, soit leur intégration dans des processus métier serait trop complexe ou coûteuse.

Douze partenaires européens vont créer une plate-forme. Pour sensibiliser à l’importance des technologies de données et pousser à leur utilisation, douze partenaires européens dont à Sophia Antipolis le W3C et l'ERCIM, menés par le Fraunhofer IAIS, créent une plateforme qui va intégrer les technologies Big Data adaptées aux besoins des différentes communautés.

TPE et PME vont pouvoir bénéficier des technologies de pointe des Big Data

"Avec cette plate‐forme, nous allons fournir aux entreprises et aux institutions une palette d'outils Big Data intégrée, prête à l'utilisation et adaptée à leurs besoins particuliers", explique le Professeur Sören Auer, coordinateur de projet pour le Fraunhofer IAIS. "Les petites et moyennes entreprises n’ont pas souvent les ressources nécessaires pour mettre en place de grands projets ni embaucher une équipe de spécialistes de données. BigDataEurope va leur permettre de comprendre et d’utiliser facilement l’état de l’art scientifique à travers des technologies logicielles de pointe des BigData pour développer leurs activités".

Un projet en deux phases

Le projet se déroule en deux phases. Tout d’abord, BigDataEurope va mettre en réseau les acteurs des secteurs sociétaux clés en Europe. Des groupes d'intérêt, d’une structure similaire à celle des groupes d’intérêt du W3C, seront créés pour discuter des besoins particuliers de chaque secteur. Une série d'ateliers sera alors organisée, et chacun d’entre eux établira le processus d'utilisation des données, en partant de la collecte, du traitement, du stockage et de la visualisation, jusqu’à l'élaboration des services.

Le deuxième aspect du projet veillera à ce que les exigences recueillies dans les ateliers soient prises en compte pour guider le développement technique et la mise en oeuvre de la plate-forme ouverte de BigDataEurope. Lancement officiel le 27 février 2015, à Bruxelles.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011