ShareThis

Taxe de séjour "airbnb" : ce que toucheront Nice, Cannes et Antibes

La montée en puissance d'Airbnb, et aussi le renforcement des moyens de collectes des taxes et l'élargissement au plus grand nombre de communes, s'illustre par le montant de la taxe de séjour que la plateforme de location américaine, reverse depuis 2015 aux communes. Au titre de 2018, Airbnb reversera 24 millions d'euros de taxe de séjour aux communes françaises contre 13,5 millions d'euros l'an dernier. Presque le double!  Une somme qui sera répartie sur 23.000 communes (contre 50 l'an dernier) suite à l'élargissement de la collecte automatisée de la taxe de séjour.

Ce sont toutefois les plus grandes villes et notamment celles de la Côte d'Azur qui en bénéficient le plus. Si Paris évidemment est largement en tête (7,5 M€ collectés), Nice se classe en seconde position (1,1 M€ pour 2018 contre 860.000 en 2017), devant Marseille (1 M€) et Bordeaux (600.000 €). Viennent ensuite Cannes (420.000 € contre 342.000 en 2017) et Antibes (300.000 € contre 242.000€ l'année précédente) qui fait jeu égal avec Lille et La Rochelle, selon des chiffres relevés par Leparisien.fr.

Loin d'être insignifiants, ces reversements montrent l'ampleur prise par ces plateformes de location qui viennent bousculer les économies touristiques des territoires. Pour parer aux concurrences déloyales, les communes continuent de réagir. Ainsi, Christian Estrosi, président de la Métropole, à l'issue d’une réunion de travail avec le Syndicat des Hôteliers de Nice Côte d’Azur et des professionnels locaux du tourisme, a annoncé hier la mise en place d’un dispositif qui permettra de renforcer la régulation à Nice des locations de meublés de type "Airbnb" qu’il a engagée dès 2015.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011