ShareThis

Taxer l'e-commerce pour défendre le magasin de centre-ville : l'idée de David Lisnard fait son chemin

"Pour lutter contre la dévitalisation des centres-villes, il faut baisser la fiscalité locale sur le commerce de proximité et, parallèlement, faire participer les entreprises d'e-commerce de livraison à l'entretien des espaces publics" : c'est l'idée qu'avait lancée en août dernier David Lisnard, maire de Cannes et vice-président de lAssociation des Maires de France, à travers une tribune publiée dans la presse nationale. Une idée qui a fait son chemin et qui pourrait s'inscrire dans loi de finance 2019. Sa proposition de taxer de 1 euro chaque achat sur Internet qui serait livré à domicile pour financer une baisse de taxe foncière au profit du petit commerce a reçu en effet en fin de semaine dernière le soutien de l'Association des Maires de France et hier mardi, celui de députés LREM.

Pour le maire de Cannes, selon les calculs réalisés, le prélèvement de 1 euro sur chaque achat dans l'e-commerce livré à domicile (pas question de taxer les livraisons en point relais ou en magasin) produirait 336 M€ de recettes (505 millions de colis livrés via Internet et vente à distance en 2017). Ces recettes permettraient de diminuer de 10% les taxes foncières pour les petits commerces de détail (moins de 400 m2). Une proposition dont David Lisnard, selon le quotidien "Les Echos", compte bien entretenir le Premier ministre Edouard Philippe, lors d'un rendez-vous programmé le 20 novembre prochain. Reste à voir si, dans le contexte actuel de "ras-le-bol" fiscal en pleine montée, il ne sera pas urgent d'attendre...


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011