ShareThis

Thales Alenia Space : le satellite météorologique Metop-C en orbite

Le troisième satellite météorologique sur orbite polaire, Metop-C a été lancé avec succès ce matin depuis le Port Spatial de l’Europe en Guyane française. Il emporte une série d'instruments sophistiqués dont GOME-2 et IASI-3 qui permettent des prévisions météo jusqu'à dix jours à l'avance et une surveillance du climat, notamment du "trou dans la couche d'ozone".

Un nouveau lancement suivi à Cannes par Thales Alenia Space le constructeur de satellites : celui de Metop-C (Meteorological operational polar satellite) d'Eumetsat. Ce troisième satellite météorologique sur orbite polaire a été lancé aujourd’hui avec succès depuis le Port Spatial de l’Europe en Guyane française à bord d’un lanceur Soyouz. Metop-C rejoint ainsi les autres satellites de la famille : Metop-A qui avait été lancé en octobre 2006, et Metop-B, lancé en septembre 2012. Metop-C embarque à son bord une série d’instruments sophistiqués parmi lesquels, GOME-2 fourni par Leonardo et IASI-3 développé par Thales Alenia Space, deux instruments à la pointe de la technologie jouant un rôle fondamental dans la protection de notre planète.

L’instrument GOME-2 (Global Ozone Monitoring Experiment 2) remonte des données utilisées par les scientifiques pour mesurer l’ozone présent dans l’atmosphère, informations essentielles pour protéger les hommes et autres espèces terrestres des effets nocifs des rayons ultraviolets produits par le soleil. Depuis le lancement de Metop-A en 2006, les données fournies par GOME sont également utilisées pour la surveillance à long terme du dénommé "trou dans la couche d’ozone" situé au-dessus de l’Antarctique. A bord de Metop-C, GOME-2 va fonctionner en parallèle de son "frère" à bord de Metop-B, assurant ainsi la continuité des données sur le long terme.

GOME-2 va cartographier les concentrations d’ozone dans l’atmosphère ainsi que les autres gaz tels que le dioxyde d’azote, le dioxyde de souffre et d’autres molécules présentes à l’état de traces. Développé par Thales Alenia Space pour le compte du CNES, cet instrument de très haute résolution spectrale a véritablement révolutionné la météorologie opérationnelle par la mesure précise des profils de la température et de l’humidité le long d’une colonne verticale de l’atmosphère terrestre, rendue possible grâce aux techniques d’interférométrie les plus poussées.

Quant aux mesures réalisées par IASI, elles ont fait leurs preuves sur Metop-A et Metop-B. Elles contribuent également à l'amélioration de la surveillance du climat (température et gaz à effet de serre) ainsi qu’à une meilleure compréhension de la qualité de l'air et de la chimie de l'atmosphère, grâce à l'étude en 3D de ses constituants. De plus, l'instrument IASI comprend un imageur radiométrique intégré de 64x64 pixels, capable de fournir des images d’une résolution de l’ordre d’un kilomètre dans la fenêtre infrarouge et utilisées pour prendre en compte l’influence des nuages dans le traitement des données de sondage.

La famille de satellites en orbite polaire Metop, dont la maîtrise d’œuvre est assurée par Airbus Defence and Space, est le résultat d'une coopération avec l'ESA, en charge de la fourniture des satellites pour EUMETSAT, l’organisation européenne pour l’exploitation des satellites de météorologie. Afin de garantir la continuité des données jusqu'en 2040, une deuxième génération de Metop est déjà en préparation pour prendre le relais. Deux satellites, Metop-SGA et Metop-SGB, doivent être ainsi lancés à partir de 2021.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011