ShareThis

Thales Alenia Space : nouveau contrat dans l'océanographie spatiale

Thales Alenia Space France va fournir à Airbus Defense and Space l'Altimètre Radar Poseidon-4 de la mission Jason-CS/Sentinel-6. Cet altimètre de nouvelle génération est destiné à mesurer la hauteur de la surface des océans, un paramètre essentiel pour surveiller les évolutions climatiques, la dynamique océanique et les courants, la hauteur des vagues et la force du vent à la surface.

Le constructeur de satellites cannois Thales Alenia Space annonce avoir signé la première tranche d’un contrat avec Airbus Defense and Space portant sur la fourniture des altimètres radar Poseidon-4 (voir la photo Sentinel-6-Poseidon-4_Copyright-ESA). Ces instruments seront montés respectivement à bord des satellites Jason-CS/Sentinel 6-A et Jason-CS/Sentinel 6-B développés par Airbus Defense and Space pour le compte l’ESA, en coopération avec la NASA et la Commission Européenne dans le cadre du programme Copernicus. Dans la continuité du succès des programmes Jason, des partenaires américains sont également impliqués dans la mise en œuvre et les opérations relatives à cette mission.

Basé sur 20 ans d’héritage en orbite, l’altimètre Poseidon-4, offrira des performances améliorées, par rapport à la génération précédente des altimètres Poseidon, grâce à l’introduction d’un nouveau mode "SAR", dit "entrelacé". Il bénéficiera également d’une nouvelle architecture instrument, donnant un plus grand poids aux fonctions numériques, pour permettre une meilleure stabilité en vol et, à terme, une réduction des couts de développement.

Fortement réclamé par l’ensemble de la communauté scientifique, ce nouveau mode SAR, "made in Thales Alenia Space", fournira simultanément des données basse résolution spatiale, pour assurer la continuité des missions Jason précédentes, mais aussi des données haute résolution.

Les satellites Jason-CS/Sentinel-6 prendront le relai du satellite Jason-3, construit par Thales Alenia Space afin d’assurer la continuité des services océanographiques opérationnels.

Le développement par la France et les Etats-Unis du programme expérimental TOPEX-Poséidon en 1992 a marqué les débuts de l’océanographie spatiale en permettant d’accéder à une surveillance globale des océans, impossible à réaliser avec les seules données in-situ.  Les altimètres radar de type Poséidon mesurent la hauteur de la surface des océans, un paramètre essentiel pour surveiller les évolutions climatiques – la montée du niveau des mers - mais aussi la dynamique océanique et les courants, la hauteur des vagues et la force du vent à la surface. L’ensemble de ces données alimentent les recherches météorologiques et océanographiques.


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011