ShareThis

Tourisme : la Côte dopée en 2018 par les clientèles intercontinentales

A plus de 11 millions de séjours en 2018, le tourisme azuréen a confirmé le très bon niveau qu'il avait pu retrouver en 2017 après la dépression 2016 suite au tragique attentat du 14 juillet à Nice. L'an dernier, pour la première fois, le cap des 1,8 millions de séjours non européens a été franchi tandis que les Américains ont pris la seconde place dans la clientèle étrangère azuréenne, derrière les Britanniques, mais devant les Italiens. C'est ce qui ressort du bilan tourisme 2018 présenté par le CRT Côte d'Azur France.

Les clientèles intercontinentales en force avec, pour la première fois, le cap des 1,8 millions de séjours non européens franchi et les Américains en deuxième position dans le classement de la clientèle étrangère : c'est le trait qui ressort du bilan tourisme 2018 en Côte d'Azur France qui a été présenté hier après-midi au CADAM de Nice. C'était aussi le premier exercice de présentation de bilan pour Claire Behar, la nouvelle directrice du CRT Côte d'Azur France, qui a pris ses fonctions début février. (Photo DR : les élus dont les députés Eric Ciotti et Eric Pauget, le président du Département Charles-Ange Ginesy, David Lisnard, maire de Cannes et président du CRT, le président de la CCI Nice Côte d'Azur, entourant Claire Behar lors de la présentation du bilan 2018).

Plus de onze millions de séjours en 2018

Un tourisme azuréen qui, avec plus de 11 millions de séjours, a confirmé en 2018 le très bon niveau retrouvé en 2017 après la dépression 2016 suite au tragique attentat du 14 juillet à Nice. Pour David Lisnard, président du CRT "la coopération au sein des clusters et des missions à l’étranger, et le renforcement des stratégies de communication et commercialisation digitales ont permis à la Côte d’Azur de rester sur le devant de la scène touristique internationale". Fait notable : la hausse des séjours étrangers et plus particulièrement ceux des touristes plus lointains, a permis de compenser l’érosion de la demande touristique française à partir de la fin de la saison estivale 2018, dans un contexte national difficile.

Les actions du CRT en faveur de l’attractivité du territoire auront notamment contribué à développer le volet tourisme international. Pour la première fois, la clientèle étrangère approche les 6 millions de séjours étrangers, soit 54% du total, avec une augmentation de 1% de séjours étrangers en hôtels et résidences. Le tourisme hors-Europe s'est particulièrement développé. Il passe la barre des 30%, avec 1,8 million de séjours, soit 100 000 séjours non Européens supplémentaires par rapport à 2017.

Le marché américain performe, le marché japonais remonte

Porté par cette tendance, le marché américain (12%) arrive pour la première fois au 2ème rang des clientèles internationales des hébergements marchands, derrière la Grande Bretagne-Irlande (15%) mais devant l’Italie (11,5%) qui reste néanmoins au premier rang des marchés étrangers en incluant les séjours famille-amis et résidences secondaires. Suivent, plus loin derrière, l'Allemagne (8%) et la Scandinavie (6%).

A noter aussi en 2018 la remontée du marché japonais, après des années de baisse régulière avec un montant de nuitées qui a rebondi de 30%.  En ce qui concerne les marchés russe et chinois,  la fréquentation touristique est respectivement restée stable, marquant une pause après la forte croissance des années passées. La Scandinavie, après deux années de hausses consécutives, affiche une baisse de 10%, même si elle reste au 5ème rang des clientèles internationales.

En 2018, le tourisme a représenté 15% du PIB de la Côte d'Azur...et 75.000 emplois directs

2018 marque également une très bonne année pour l’économie liée au tourisme qui représente 15% du PIB de la Côte d’Azur et génère 75 000 emplois directs. Dans la même optique, le seuil des 5 millions de séjours en hôtels et résidences est franchi pour l’hôtellerie, comme chaque année depuis 2015. En termes d’occupation des hôtels et résidences (incluant Monaco), on constate ainsi un gain de 1 point à près de 63% sur l’année. Il s’agit du meilleur niveau atteint depuis 2008, constate le CRT. Du côté de l’hôtellerie de luxe, la part de marché des 4 et 5 étoiles gagne encore 1,5 point cette année, atteignant près de 48% (hors Monaco), alors qu’elle se limitait à 30% en 2009, démontrant ainsi une montée en gamme du parc hôtelier.

Signe des temps numériques, l'offre d’hébergement en ligne a certes gagné des parts de marché (environ 17% des séjours en hébergements marchands). Mais l’hôtellerie n'en a pas moins continué sa progression. Mieux, la performance économique de l’hôtellerie des pôles urbains s'est redressée encore en 2018 avec des prix moyens dans l’hôtellerie urbaine (panel MKG) qui ont augmenté de 3%, et un RevPar qui a progressé de 5%.

Ce tour d’horizon 2018 s'est ouvert sur les perspectives 2019 avec un bilan provisoire de la fréquentation des stations de ski entre Noël et les vacances de février de la zone B. Un pré bilan jugé excellent : Isola 2000 mise à part qui avait connu une très forte hausse l’an dernier, les chiffres d’affaires des stations azuréennes affichent une croissance allant de +10% à plus de 30%. De bon augure pour la suite.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011