ShareThis

Une nouvelle start-up rachetée!

Premier éditeur français de logiciels bancaires, SIP acquis pour 60 millions de francs par ACT, filiale du géant britannique Mysis. Le rachat devrait permettre un développement des activités sur le site.



C'est le printemps des rachats! Après Odisei, une nouvelle start-up sophipolitaine, SIP SA, vient de se faire racheter par un grand groupe international. La société anglaise ACT Financial Systems Ltd., filiale du géant britannique du logiciel, Mysis, a acquis il y a une semaine, pour environ 60 millions de francs, la société fondée en 1993 par Noël Amenc, ancien directeur des masters de finance du Ceram.

Booster le site de Sophia
SIP, qui compte actuellement 65 employés sur la technopole et une quinzaine dans son bureau de Paris, est le premier éditeur français de logiciel de gestion de portefeuille. La société a développé ce type de logiciels pour le front et le middle-office. A partir d'un haut niveau d’expertise fonctionnelle et technologique, elle a créé ApiPortefeuille, un système de gestion de portefeuille qui s'est taillé un joli succès dans le monde francophone. En témoigne ses prestigieux clients : de grands établissements français et suisses tels que la BNP, CCF Capital Managment, CDC Asset Managment Europe, Robeco à Paris ou l’Union Bancaire Privée à Genève etc.
Pour Noël Amenc, le P.d-g. fondateur, “ ApiPortefeuille avait acquis un rapide succès en France, depuis son lancement en 1995. Cependant, nous étions depuis quelques temps à la recherche d’un partenaire qui devait nous permettre d’élargir de manière significative notre panel de clients en attaquant les autres marchés européens. Nous avons choisi de travailler avec ACT Financial Systems afin de donner une nouvelle dimension internationale au produit et en faire le système de référence sur le marché du front-office. ”
'C'est la dimension internationale que nous recherchions,renchérit Didier Azema, directeur du marketing de SIP. L'entreprise était présente sur le marché francophone. Mais elle n'avait pas l'envergure pour s'attaquer au marché financier mondial. Avec ACT, nous faisons désormais partie d'un des deux grands compétiteurs mondiaux dans le domaine du logiciel bancaire.'
Comme pour Odisei, ce rachat n'implique pas un départ. Mais au contraire un nouvel élan des activités de recherche développement sur Sophia Antipolis. 'La déclaration qui a été faite par les responsables d'ACT, fait état d'une volonté de booster le site de Sophia,note Didier Azema. Les marchés vont s'agrandir nettement. Il devrait s'adjoindre une équipe pluridisciplinaire pour répondre à une demande élargie.'


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011