ShareThis

Cannes 2013 : Le triomphe de La Vie d’Adèle

Triomphe ce soir pour La Vie d’Adèle, le film d’Abdellatif Kechiche qui a remporté la Palme d’Or du Festival de Cannes 2013, avec une mention spéciale pour ses deux formidables actrices ; Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos. Autre actrice française récompensée par le jury présidé par Steven Spielberg, Bérénice Béjo pour son rôle dans le très beau film tourné à Paris par le réalisateur iranien Asghar Farhadi. Le cinéma américain est lui aussi bien présent dans ce palmarès 2013 avec le Grand Prix du Jury attribué aux frères Coen et le Prix d’Interprétation masculine à Bruce Dern.

Abdellatif Kechiche félicité pour sa Palme d'Or par ses deux formidables actrices: Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos (DR)


ShareThis

Cannes 2013 : La Vénus à la fourrure, la cerise sur le gâteau du Festival

Dernier film en compétition au Festival de Cannes, La Vénus à la fourrure de Roman Polanski est un peu la cerise sur le gâteau d’un cru 2013 d’une qualité assez exceptionnelle. En racontant une histoire ne comportant que deux personnages évoluant dans un lieu unique, Roman Polanski relève avec maestria un véritable défi en nous livrant un film jubilatoire. Le plaisir que l’on prend à le regarder tient aussi beaucoup dans le formidable numéro d’acteur de ses deux interprètes : Mathieu Amalric et surtout Emmanuelle Seigner qui passe d’une émotion à une autre dans un rôle aux multiples facettes.

Roman Polanski, Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, le trio magique de "La Vénus à la fourrure" (DR).


ShareThis

Cannes 2013 : "The Immigrant", une histoire très personnelle de James Gray

Avec "The Immigrant", présenté aujourd’hui au Festival de Cannes, James Gray nous livre une histoire très personnelle inspirée de l’arrivée de ses grands parents sur le sol américain. Il offre aussi un rôle en or à Marion Cotillard qui incarne une jeune polonaise débarquant avec sa sœur à Ellis Island, véritable sas d’entrée avant de pouvoir accéder à New York. Pour sauver sa sœur malade et menacée d’expulsion, elle se résignera à se livrer à la prostitution en tombant dans les mailles du filet tendues par un proxénète qui lorgne ses proies dans les files d’attente d’Ellis Island.

Joaquin Phoenix et Marion Cotillard dans "The Immigrant" de James Gray (DR)


ShareThis

Cannes 2013 : La Vie d’Adèle, le coup de poing au cœur d’Abdellatif Kechiche

Abdellatif Kechiche a délivré un coup de poing au cœur des spectateurs du Festival de Cannes avec La Vie d’Adèle, une bouleversante histoire d’amour, que l’on vit du coup de foudre à la rupture, d’une lycéenne de 17 ans avec une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fera découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Le film est une grande réussite qui doit beaucoup à un épatant duo d’actrices avec une Léa Seydoux au charme magnétique, mais surtout Adèle Exarchopoulos qui livre une performance hallucinante.

"La Vie d'Adèle", une bouleversante histoire d'amour au féminin d'Abdellatif Kechiche (DR)


ShareThis

Cannes 2013 : La Grande Bellezza, l’hommage de Paolo Sorrentino à la ville éternelle

Retour en pleine forme au Festival de Cannes pour Paolo Sorrentino qui présentait hier "La Grande Bellezza". Un film où son acteur fétiche, Toni Servillo, campe le rôle d’un écrivain auteur d’un grand succès dans sa jeunesse mais qui n’a plus jamais retrouvé l’inspiration et passe son temps dans des fêtes excentriques et superficielles. Sorrentino pose un regard désabusé sur l’Italie post-Berlusconi en pleine déconfiture culturelle et morale, tout en rendant un bel hommage à Rome, la ville éternelle déjà magnifiée par Fellini dont l’ombre plane sur le film.

Toni Servillo dans le rôle d'un écrivain désabusé dans "La Grande Bellezza" (DR)


ShareThis

Cannes 2013 : Ma vie avec Liberace, le beau cadeau de Soderbergh à Michael Douglas

Steven Soderbergh présente aujourd’hui au Festival de Ma vie avec Liberace, un film qui raconte les coulisses de la relation secrète entretenue durant 5 ans entre le pianiste et showman Valentino Liberace, qui fut l’entertainer le mieux payé au monde des années 50 aux années 1970, avec un jeune et bel homme qu’il rencontra en 1977 lors de l’un de ses shows à Las Vegas. En filmant cette tranche de vie, Soderbergh a cherché a éviter la caricature et y est parvenu grâce au jeu de son duo d’acteur : Matt Damon et surtout Michael Douglas qui trouve le ton juste pour jouer Liberace.

Michael Douglas totalement transformé dans "Ma vie avec Liberace" (DR)


ShareThis

Cannes 2013 : Inside Llewyn Davis, la ballade nostalgique des frères Coen dans l’univers de musique folk

Avec "Inside Llewyn Davis" présenté hier au Festival de Cannes, les frères Coen nous offrent cette année une balade nostalgique dans l’univers musical de Greenwich Village au tout début des années 60. En filmant avec humour l’odyssée sombre et mélancolique d’un looser de la folk, les deux cinéastes américains ont de nouveau réussi leur coup et nous livrent un exercice de style parfaitement maîtrisé dans lequel ils font l’étalage de tout leur talent.

Oscar Isaac incarne avec talent Llewyn Davis dans le film des frères Coen (DR).


ShareThis

Cannes 2013 : Tel père, tel fils, une belle réflexion sur la paternité

Dans "Tel père, tel fils" présenté hier au Festival de Cannes, Hirokazu Kore-Eda aborde le thème de la paternité en suivant le parcours d’un père confronté à un cruel dilemme lorsqu’il apprend que, suite à un échange de nourrissons dans la maternité, le fils qu’il a élevé pendant 6 ans n’est pas le sien. Doit-il se résoudre à un échange pour récupérer son fils biologique ou garder le fils qu’il a aimé. En filmant ce parcours qui permettra à cet architecte aisé de prendre conscience de certaines valeurs essentielles, Kore-Eda livre une œuvre simple mais percutante qui touche souvent en plein cœur le cœur des spectateurs.

Masaharu Fukuyama et Machiko Ono confrontés à un cruel dilemme dans "Tel père, tel fils" (DR).


ShareThis

Cannes 2013 : Jimmy P., une psychanalyse passionnante vue par Arnaud Desplechin

Arnaud Desplechin crée l’événement aujourd’hui au Festival de Cannes avec "Jimmy P.", un film qui relate une histoire vraie, celle de la rencontre entre un anthropologue et psychanalyste français et un indien touché à la tête durant le Seconde Guerre mondiale mais qui semble plutôt souffrir de blessures à l’âme. Transformer une succession de séances d’analyse en un film romanesque pouvait semblait au départ un défi insurmontable. Pourtant Arnaud Desplechin le relève haut la main en s’appuyant d’abord sur un formidable duo d’acteurs avec Mathieu Amalric et Benicio Del Toro. Parfaitement maîtrisé, son film est captivant de bout en bout et est une grande réussite.

Benicio Del Toro et Mathieu Amalric, le formidable duo d'acteurs de "Jimmy P. (DR)


ShareThis

Cannes 2013 : avec Le Passé, Asghar Farhadi frappe un grand coup

Avec "Le Passé", Asghar Farhadi a frappé un grand coup aujourd’hui au Festival de Cannes. Dans ce film tourné à Paris et en français, le réalisateur iranien nous raconte une histoire poignante, captivante de bout en bout et dans lequel Bérénice Béjo, Ali Mosafa et Tahar Rahim forment un trio éblouissant capable de cacher puis de faire exploser brutalement leurs rancoeurs, les regrets et les cris d’amour enfouis au plus profond d’eux. Un film dans la lignée de "Une Séparation" et qui, comme ce dernier, pourrait bien recueillir bien des lauriers à commencer par ceux du Festival de Cannes.

Bérénice Béjo et Tahar Rahim dans "Le Passé" de Asghar Farhadi (DR).


Syndiquer le contenu
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011