ShareThis

Michael Haneke décroche la Palme d’Or avec "Amour"

C’est Michael Haneke qui a obtenu cette année la Palme d’Or du Festival de Cannes pour son film Amour, magnifiquement porté par Emmanuel Riva et Jean Louis Trintignant qui incarnent un couple d’octogénaire dont l’amour va être mis à rude épreuve par la maladie. Pour le cinéaste autrichien, c’est la seconde fois qu’il décroche la récompense suprême à Cannes, rejoignant ainsi un petit cercle de réalisateurs, comme Francis Ford Coppola, Emir Kusturica ou les frères Dardenne.

 

Michael Haneke avec sa Palme d'Or, entouré par Emmanuelle Riva et Jean Louis Trintignant, éblouissants dans "Amour" 


ShareThis

Le dernier Claude Miller en clôture du Festival

Moment d’émotion ce soir en clôture du Festival de Cannes avec la projection de « Thérèse Desqueyroux », le film que Claude Miller venait juste d’achever avant de mourir en avril dernier. Avec cette adaptation d’un roman de François Mauriac, Claude Miller signe un film d’une beauté gravé, porté par un duo d’acteurs très convaincants, Audrey Tautou et Gilles Lellouche. Un film qui met un beau point final à l’œuvre d’un grand cinéaste.

 

Audrey Tautou et Gilles Lellouche, très convaincants dans "Thérèse Desqueyroux" de Claude Miller


ShareThis

Dans la brume : la bonne surprise du Festival

Bonne surprise hier au Festival de Cannes avec la projection du film de Sergei Loznitsa "Dans la brume", l’histoire d’une tragique méprise. Le cinéaste ukrainien parvient à nous captiver avec l’histoire de ce héros qui passe pour un traître et qui est dans l’impossibilité de prouver sa bonne foi. Il nous invite à un envoûtant voyage qui est aussi une réflexion sur la culpabilité, la trahison, le remord et le courage.

 

Souchénia avec son bourreau blessé dans "Dans la brume" de Sergei Loznitsa - DR


ShareThis

Cosmopolis : Cronenberg filme la fin du capitalisme

Cosmopolis de David Cronenberg avec Robert Pattinson était l’un des films les plus attendus du Festival de Cannes 2012. Si Cosmopolis ne créera pas de scandale comme certains de ses films dans le passé, il n’a pas entraîné l’adhésion totale du public. La lente traversée en limousine d’un golden boy qui assiste impuissant à la chute de son empire dans une New York en plein chaos, a malheureusement tendance a provoqué l’ennui chez le spectateur submergé par un flot verbal abscons.

 

Robert Pattinson dans "Cosmopolis" de David Cronenberg - DR


ShareThis

Marché du Film : la face cachée du Festival de Cannes

Véritable poumon économique du Festival de Cannes sans lequel ce dernier n’aurait pu prendre un tel essor, le Marché du Film rassemble 11 000 professionnels qui achètent ou qui vendent près de 4 000 films qu’ils peuvent découvrir lors de 1 500 projections organisées dans 34 salles. De quoi en faire le plus grand marché du film au monde, loin devant ses concurrents de Los Angeles ou Berlin. Même si l’ambiance qui y a régné cette année semblait un peu morose, de très nombreux deals ont été conclus et la marché du film cannois a encore de beaux jours devant lui.

 

Prés de 4000 films s'achètent ou se vendent chaque année lors du Marché du Film - DR


ShareThis

Sur la route : la longue traversée de l’Amérique de Walter Salles

En adaptant « Sur la route », le roman culte de Jack Kerouac, Walter Salles s’est attelé à un rude challenge. Ce livre, devenu le manifeste de la « Beat Generation », était en effet réputé inadaptable au cinéma, et ce sans doute à juste raison. Le cinéaste brésilien ne parvient pas à réussir son pari et son film souffre de quelques longueurs, tout en manquant un peu de force.

 

Sal, Dean et Marylou partis pour une longue traversée de l'Amérique dans "Sur la route" de Walter Salles


ShareThis

Déception avec Cogan – La Mort en douce

Brad Pitt a créé l’événement hier au Festival de Cannes avec son film Cogan – La Mort en douce dans lequel il joue le rôle d’un tueur à gages auquel la mafia fait appel pour liquider 3 petits escrocs qui ont eu l’outrecuidance de venir braquer l’un de leurs tripots clandestins. Si le film est émaillé de quelques bonnes idées, il provoque la déception et l’on se laisse vite gagner par la déprime qui touche la plupart des protagonistes de cette histoire dans cette Amérique rongée par la crise.

 

Brad Pitt en tueur à gages dans "Cogan - La Mort en douce 'd'Andrew Dominik


ShareThis

Festival de Cannes : Aurélie Filippetti en terre connue

Première prise de contact officielle pour Aurélie Filippetti, hier à Cannes, avec l’ensemble de l’industrie cinématographique réuni pour la présentation du bilan 2011 du cinéma français qui a connu un nouvel Âge d’Or. L’occasion pour la nouvelle Ministre de la Culture de dévoiler les futures orientations de son action. Une intervention très appréciée par l’auditoire et qui a montré qu’Aurélie Filippetti maîtrisait déjà parfaitement le dossier du cinéma français.

Aurélie Filippetti lors de la présentation du bilan du cinéma français en 2011 


ShareThis

Ken Loach enivre de bonheur le Festival avec La Part des anges

Retour en force pour Ken Loach qui a enivré de bonheur le Festival avec La Part des Anges, une comédie sociale racontant l’histoire d’un jeune délinquant dont la vie va repartir du bon pied grâce à sa passion du whisky. Une comédie légère et malicieuse, qui donne aussi matière à réflexion aux spectateurs, en mettant en lumière la situation quasi désespérée de nombreux jeunes aux chômage auxquels un monde en crise n’offre aucune perspective d’avenir.

 

Robbie et ses 3 compagnons d'infortune dans "La Part des Anges" de Ken Loach - DR


ShareThis

Amour : le retour éclatant au cinéma de Jean-Louis Trintignant

Trois ans après sa Palme d’Or pour Le Ruban Blanc, Michael Haneke est de retour au Festival de Cannes avec Amour, un film qui raconte l’histoire d’un couple d’octogénaires dont l’amour qu’ils se portent va être mis à rude épreuve par la maladie. Un film fort porté par ses acteurs principaux : Emmanuel Riva et Jean-Louis Trintignant qui signe un retour éclatant au cinéma. L’acteur préfère maintenant le théâtre, mais il ne pouvait pas refuser l’offre de Michael Haneke.

 

Jean-Louis Trintignant signe un retour magistral au cinéma dans "Amour" de Michael Haneke


Syndiquer le contenu
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011