ShareThis

Nice-Matin : trois mois pour trouver un nouvel actionnaire !

C'est désormais officiel : Nethys, l'investisseur du groupe Nice-Matin se retire. Il ne montera pas à 51% du capital au 31 décembre 2018 comme il s'y était engagé dans un pacte d'actionnaires et est en négociation pour revendre ses parts. Réunis hier après-midi, le conseil d'administration de la SCIC Nice-Matin a accordé un moratoire de 3 mois pour finaliser l'opération.

Pour le groupe de presse régional Nice-Matin et ses 800 salariés, c'était le Nouvel an de tous les dangers. Son investisseur, le Belge Nethys allait-il monter de 34% à 51% dans le capital de la société azuréenne (une augmentation de capital d'environ 1,6 M€) et devenir majoritaire comme il s'y était engagé dans le pacte d'actionnaires ? Officiellement, c'était ni oui ni non même si officieusement, il semblait que ce groupe industriel belge avait décidé dès la mi-novembre de se désengager des médias du sud de la France (Nethys est également actionnaire de La Provence). Depuis hier après-midi et la réunion du Conseil d'administration de la SCIC Nice-Matin, la situation de ce côté là s'est clarifiée : c'est non. Nethys jette l'éponge.

Nethys, ainsi qu'en a pris acte le Conseil d'administration, a décidé de se désengager de Nice-Matin, ce qui n'avait encore jamais été dit ni signifié officiellement. Le groupe belge qui, toujours selon le pacte d'actionnaires devait monter à 100% fin 2019, a déjà engagé la recherche d'un repreneur pour ses parts et ses engagements. Mais la finalisation n'a pas encore été faite et il a été demandé un peu de temps pour conclure la transaction. Nice-Matin a donc accordé un moratoire de 3 mois, soit jusqu'au 31 mars 2019 pour la finalisation du pacte d'actionnaires et l'arrivée d'un investisseur. En contrepartie, Nethys assurera jusqu'à cette date la couverture des obligations financières courantes du média régional.

Tous ces éléments seront discutés lors de l'assemblée générale des salariés actionnaires de la SCIC Nice-Matin, le 28 janvier prochain, date à laquelle pourrait être proposé le nom du repreneur. Mais cette question reste posée aujourd'hui : qui pour remplacer Nethys ? Si l'on sait maintenant que le groupe industriel wallon partira, on ne connait pas encore son remplaçant. Les hypothèses qui avaient été formulées auparavant restent d'actualité. Hypothèse haute, l'arrivée d'Iskandar Safa, l'un des repreneurs qui n'avait pas pu rentrer par la porte en 2014. Sa société, Priminvest Medias, propriétaire du groupe Valmonde qui édite le magazine Valeurs actuelles, s’est dite prête à racheter les participations de l’entreprise liégeoise dans Nice-Matin et La Provence.

A été également évoquée l'hypothèse d'une reprise des parts de Nethys par Bernard Tapie avec l'aide de Stéphane Moreau, l'actuel Pdg de Nethys. Quant au belge Rossel, lui aussi candidat malheureux au rachat en 2014, il ne serait plus intéressé au vu des pertes déjà subies par Nethys dans ce dossier azuréen. De nouveaux soubresauts et de nouvelles incertitudes dont Nice-Matin se serait bien passé.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011