ShareThis

Climatologie : construit par Thales Alenia Space, IASI tient ses promesses

Annoncé comme l'instrument infrarouge le plus précis dans l'espace, IASI (Infrared Atmospheric Sounding Interferometer) tient ses promesses. Cet instrument, construit par Thales Alenia Space dont le siège et l'un des principaux établissements sont à Cannes, avait été développé conjointement par le CNES (Centre National d'Etudes spatiales) et Eumetsat. Désormais opérationnel, les premières données scientifiques qu'IASI a fournies ont été à la hauteur des espoirs. Suite à la présentation récente de ces résultats à l'occasion d’un séminaire organisé par le CNES et Eumetsat à Anglet (France), Thales Alenia Space s'est aussi joint aux agences et aux scientifiques pour célébrer la validation de l’instrument.

 

Améliorer les prévisions météorologiques et la surveillance du climat

 

IASI est l’un des 12 instruments à bord de MetOp, le premier satellite polaire européen lancé le 19 octobre 2006. Il s'agit d'un sondeur interféromètre innovant et très sophistiqué permettant la mesure globale de la température de l’atmosphère et des profils d’humidité, avec une résolution spectrale et une précision inégalée. Depuis juin 2007, l’introduction des données IASI dans les modèles numériques de prévision météorologique a permis d’améliorer significativement la météorologie opérationnelle. Cet instrument permettra également d’accroître, dans les années à venir et au fur et à mesure de l’assimilation de ses données, une plus grande précision des prévisions météorologiques.

 

Les mesures réalisées par IASI permettront également d’améliorer la surveillance du climat (température et gaz à effet de serre) et contribueront à une meilleure compréhension de la qualité de l’air et de la chimie de l’atmosphère grâce l’étude en 3D des plus importants niveaux de gaz.

 

IASI fournit des mesures dans l’infrarouge thermique dans 8461 échantillons dotés d’une résolution allant de 0,35 à 0,5 cm-1, analysant les détails fins du spectre d'absorption de l'atmosphère. À partir d’une orbite héliosynchrone à basse altitude, IASI balaie l’atmosphère terrestre selon un axe perpendiculaire à sa trajectoire avec une fauchée de 2200 kilomètres de largeur. IASI collecte 30 vues de la Terre et mesure 2 fois par jour le spectre du rayonnement infrarouge émis par la Terre. De plus, IASI comprend un imageur intégré couvrant la zone des pixels du sondeur IASI à une résolution spatiale au kilomètre de 64x64 pixels dans la fenêtre infrarouge.

 

L’objectif principal de la conférence d’Anglet était de présenter les résultats des performances en vol ainsi que les premiers résultats de l’assimilation de IASI dans les modèles de prévision atmosphérique. Ces résultats scientifiques seront abordés ce matin, mardi, à l'occasion d'un petit-déjeuner presse organisé par le CNES.

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011