ShareThis

Port de Nice à l'aéroport : le projet est-il aujourd'hui réalisable ?

"Port à l’Aéroport : projet d’avenir ou flop assuré ?" : la JCE de Nice Côte d'Azur, avec le Club de la presse 06, engage le débat ce matin à l'hôtel Aston à Nice. Dans ce dossier qui s'ouvre à peine, une pièce est apportée par Christiane Cousinié, de l'Association des Citoyens Laurentins, a travers une "Réaction" à l'article de RivieraBiz "Débat à Nice : "Port à l’Aéroport : projet d’avenir ou flop assuré ?" . A partir des archives de la catastrophe de 1979, avec l'effondrement dramatique de l'extension du port de l'aéroport, et d'un rapport diligenté en 2002 par les ministères de l'Equipement et celui de l'écologie, elle conclut que, pour l'association, le projet est toujours irréalisable et que la seule solution (elle fera hurler plus d'un Azuréen) est de transférer le trafic marchandise de Nice… à Toulon. "Les responsables sont preneurs et les rails SNCF arrivent à quai : coût des travaux nuls", note-t-elle.

 

Christiane Cousinié apporte des éléments éclairants. Son intervention ci-dessous est en tout cas à méditer (les intertitres sont de la rédaction).

 

Le fiasco de ce qui était le plus grand chantier d'Europe en 1979

 

"Le chantier du port à l’aéroport de Nice était le plus grand chantier d’Europe en 1979. Une colline entière : la colline de Crémat a été rasée et déversée à la mer pour agrandir la surface de l’aéroport et construire une digue abri d’un port de commerce.

 

Des tonnes de remblais ont été déversés et pilonnés Or la plate forme composée de poudingue (galets+sable+eau, mélange souple, que l’on pourrait comparer à un yaourt qui reste d’aspect solide et se liquéfie si on l’agite) et d’un remblai d’ordures ménagères, était déjà instable. De plus 2 nappes phréatiques souterraines issues du Var s’écoulent vers la mer.

 

En tassant ces remblais, les travaux ont barré l’issue de ces nappes, ce qui a créé une pression qui a fini par envoyer à la mer les déblais. Comme pour une avalanche de montagne, mais cette fois sous marine, la masse de l’éboulement à grossit en descendant la pente abyssale. Cet effondrement a provoqué un tsunami qui a atteint la côte d’Antibes.

 

Après la catastrophe, il ne s’est rien passé. Les familles de victimes ont été indemnisées à l’amiable et les autorités et maîtres d’œuvre se sont employés à étouffer les causes, les conséquences et le coût de cette catastrophe.

 

Une enquête publique a été diligentée, puis classée sans suite. Pas de poursuites judiciaires ni de procès.

A noter que le seul témoin ( Monsieur Duclos) qui a repêché les deux seuls rescapés, n’a jamais été invité à témoigner. Le dossier, environ 10 mètres linéaire de classeurs, a été archivé ( aux archives départementales de Nice)."

 

Une première levée de bouclier en 2002

 

"En 2002, est arrivé, un projet comportant la réfection et l’agrandissement de la digue du port Lympia de Nice (en voie d’écroulement) et le transfert des services marchandises et trafic Corse, dans un nouveau port de commerce à créer à Saint Laurent du Var . Monsieur Duclos nous a alors alertés : les contraintes géotechniques sont les mêmes rive droite et rive gauche du delta du Var.

 

Nous avons créé ACL et battu le rappel lorsqu’une des réunions publiques s’est déroulée à Saint Laurent du Var. Le tract « Au secours ils sont devenus fous » a eu un succès tel que les autorités ont du prévoir un changement de salle pour les débats. Il est à noter qu’une solidarité inter-associations existe ici et que les associations niçoises, cagnoises, antiboises et de Villeneuve Loubet étaient venues en renfort.

 

Afin de mettre en évidence le risque d’effondrement, ACL réclamait en vain les expertises de 1979. Voyant la date de fin d’enquête arriver, nous avons tenté de nous les procurer aux archives, et nous avons alors découvert qu’elles étaient non consultables pour 100 ans !

 

Après un courrier à Monsieur le Procureur de la République Eric de Montgolfier, nous avons eu accès à ces archives. Nous avons donc du recopier les faits les plus importants, les photocopies étaient interdites et les noms propres non divulgués. Ces notes ont été transmises à Monsieur Bussereau, alors ministre de l'aménagement du territoire qui à provisoirement mis à l’eau le projet."

 

Pour l'association le projet est toujours "non réalisable"

 

"Aujourd’hui, un embellissement du port Lympia de Nice est à nouveau à l’ordre du jour. Les problèmes du trafic Corse et Marchandises sont toujours les mêmes, d’où ce nouveau projet de port à l’aéroport pour 2015. Pour nous le projet est toujours non réalisable.(voir page 13 du compte rendu « aménagement du Port de Nice accessible en cliquant sur le lien www.environnement.gouv.fr ci dessous). La seule solution pour libérer Nice de son trafic marchandise est de transférer celui-ci à Toulon. Les responsables sont preneurs et les rails SNCF arrivent à quai : coût des travaux nuls.

 

A noter que certains responsables avancent qu’en 1979 il y a bien eu un séisme ( l’office national de Strasbourg nous à fait parvenir le doc prouvant le contraire). Ces mêmes responsables affirment qu’un rapport de gendarmerie certifie qu’il y a eu séisme.( les gendarmes ne sont pas séismographes) Nous sommes toutefois à la recherche de ce document."

 

Plus de détails

http://www.lamouettelaurentine.net/st_laurent_du_var/port/archivesclassees100ans.htm

http://www.environnement.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-port-nice.pdf

"Les photos de journaux sont des doc donnés par une famille de victime, les journaux concernant la catastrophe sont classés non consultables."

 


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011