ShareThis

Pôle SCS : Jean-Pierre Henry élu président cette fois à l'unanimité

C'est à "La Une" sur le site du pole SCS (Solutions communicantes sécurisées) et donc cette fois "solide" : Jean-Pierre Henry a été élu nouveau président du Pôle SCS à l'unanimité lors de la dernière réunion du Conseil d'administration du pôle il y a quelques jours. La présidence tournante, qui était au cœur du débat dans cette élection, aura donc été respectée (non sans mal) à la lettre. Bernard Pruniaux (Atmel), past-président assurera la vice-présidence du pôle.

 

Le principe de présidence tournante respecté

 

Cette présidence revenait pour un an à une personnalité du 06, suivant le principe du pôle de présidence tournante entre l'est et l'ouest (les Alpes-Maritimes et les Bouches du Rhône). Toutefois, une première élection, rappelons-le, avait bien porté Jean-Pierre Henry à la présidence du pôle après deux heures de débats houleux. Mais côté Bouches-du-Rhône, les membres s'étaient abstenus et Jean-Pierre Henry n'avait été élu qu'avec finalement 25% environ des voix. D'où la décision de la Préfecture de Région d'annuler l'élection et d'en refaire une autre pour clarifier la situation.

 

Ce point de la présidence est désormais clarifié. Jean-Pierre Henry, directeur du site cannois de Thales Alenia Space, est bien président. Mais une petite condition a été négociée en sourdine : il devra abandonner la présidence de l'association Telecom Valley. Les deux casquettes ne sont peut-être pas incompatibles au sens institutionnel mais ont été jugées difficiles à porter en raison de l'investissement en temps qu'elles représentent. Le mandat de président de Telecom Valley de Jean-Pierre Henry portant jusqu'en mars 2009, et l'assemblée générale étant traditionnellement en mars, un nouveau président est donc actuellement recherché par Telecom Valley pour mars 2008.

 

Reste à régler l'équilibrage des activités du pôle

 

Un autre point, fondamental, reste à régler : celui de l'équilibrage des activités du pôle. L'équilibre actuel, qui découle de l'enfantement même du pôle SCS, penche fortement du côté de la microélectronique. Il faut se rappeler qu'à l'origine, ce pôle PACA à vocation mondiale est sorti du projet CIMPACA (Centre Intégré de Microélectronique Provence Alpes Côte d’Azur) orienté sur la microélectronique. A partir de là, le pôle SCS a cherché à s'élargir jusqu'aux usages pour mieux y associer les Alpes-Maritimes, plus axées sur les télécoms et le logiciel à partir de Sophia Antipolis. Facile sur les mots, plus difficile quand il s'agit de partager soutiens et subventions.

 

Le fil rouge qui avait pourtant été retenu, c'est "du silicium aux usages", avec une chaîne de valeur couvrant quatre activités majeures : la microélectronique, bien sûr, mais également les télécommunications, le logiciel et le multimédia. L'un des vœux de Jean-Pierre Henry, en accédant à la présidence du pôle, est de rééquilibrer le pôle sur ce schéma et de renforcer les activités télécommunications et logiciel. C'est par ailleurs ce qui constituait le véritable enjeu de cette élection.

La mission du nouveau président dans ce sens ne sera pas facile. Car en fait, le pouvoir, comme par ailleurs la communication, est concrètement exercé par la direction opérationnelle des pôles. Et presque exclusivement microélectronique, elle n'a pas changé en dépit de tous les efforts azuréens d'y introduire, là aussi, un équilibre entre Le Rousset et Sophia…

 

Contact

www.pole-scs.org

 

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011