ShareThis

Sophia : la grande aventure des "Bleus en poudre" de François Delamare

delamare_cemef_w.jpg

 

Du bleu égyptien, à celui de Giotto en passant par les bleus de la porcelaine chinoise du XVIIIème, les bleus Maya, le bleu de Prusse et l'outremer, toute une aventure industrielle. C'est ce que raconte dans "Bleus en poudre", François Delamare, un directeur de recherche de Sophia Antipolis, spécialiste des propriétés de la surface des matériaux et de leur comportement dans un contact. Ingénieur et docteur-ès-Sciences Physiques, François Delamare a été directeur de recherches au Centre de Mise en Forme des Matériaux de l'Ecole des Mines de Paris à Sophia Antipolis et occupe entre autres aujourd'hui les fonctions de Responsable du DEA Physique et Génie des Matériaux (DEA commun à l'Université de Nice-Sophia Antipolis et à l'École des Mines de Paris) et de Directeur-adjoint de l'École Doctorale de Sciences fondamentales et appliquées de l'UNSA.

 

Sur ce thème des couleurs, il n'en est pas à sa première publication. Il a notamment publié en 1999 chez Gallimard "Les matériaux de la couleur" dans la collection Découvertes, ouvrage traduit en quatre langues. Dans "Bleus en poudre", il focalise sur une couleur  qui fut chère à Yves Klein de l'Ecole de Nice.

 

Qui aurait imaginé que la recette secrète tant cherchée du bleu égyptien se trouvait parmi les 20.000 tablettes de la bibliothèque d'Assourbanipal? Quel pigment bleu Giotto employait-il pour ses peintures murales, et d'où venait-il? N'est-il pas étrange que l'Espagne n'ait pas su tirer profit des fabrications de bleus mayas qui se faisaient sur une grande échelle en Nouvelle-Espagne? Saviez-vous que les bleus décorant la porcelaine chinoise au XVIIIe siècle provenaient de Saxe et que c'étaient les Hollandais qui en faisaient commerce?

 

Dans la nombreuse famille des pigments, les bleus sont tout à fait particuliers. Tout d'abord ils sont presque tous artificiels. Du bleu égyptien au bleu de phtalocyanine de cuivre, en passant par les bleus Maya et Han, le smalt, les cendres bleues, le bleu de Prusse et l'outremer, l'on ne peut être qu'admiratif devant la variété des solutions techniques trouvées. A chaque civilisation sa solution ou sa séquence de solutions. Mais surtout, dès le XVIe siècle, ils sont fabriqués à l'échelle industrielle car ils servent à l'azurage des papiers et des textiles. Il en résulte qu'ils donnent lieu à des commerces très lucratifs, et la concurrence est rude entre pigments et nations.

 

Issus d'archives peu connues ou inédites ainsi que des derniers résultats de la recherche, chaque chapitre de ce livre fait découvrir l'aventure de ces produits peu communs, les Bleus en poudres.,.

 

Caractéristiques de l’ouvrage

Code EAN 9782911762 827

Collection Sciences de la matière ISBN 978- 2-91-176282-7

Format 16 x 24 cm

Nbre pages 422 (dont 30 pages couleur)

Prix 49 Euros

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011