ShareThis

Vos Réactions : l'enquête de circulation sur Sophia déclenche la tempête

Une véritable volée de bois vert contre l'enquête de circulation sur Sophia qui a débuté hier matin. Une tempête non contre le fait d'engager une étude permettant de mieux connaître les comportements des usagers qui accèdent et circulent dans la technopole. Evidemment. Mais contre la façon dont s'est réalisée hier une de ses phases, celle de l'enquête par questionnaire avec des équipes placées aux différents points d'accès du parc technologique. Une opération qui, selon le programme annoncé, devrait être renouvelée demain, jeudi 29 mai et mardi 3 juin de 7 à 19 heures, sur 20 postes répartis dans et autour de la technopôle de Sophia Antipolis. La pluie étant hier de plus au rendez-vous, la première journée de l'opération questionnaire n'a pas manqué de renforcer les bouchons et de provoquer la colère de certains usagers qui ont réagi sur Sophianet.com

 

"C'est malin de boucher les routes, ça arrange bien la circulation déjà difficile!!! bravo pour cette idée stupide", écrit ainsi Monique Doninelli.

 

"Je pense que la formule "quelques dizaines de minute supplémentaires" aurait été plus approprié" remarque Yoan alors que le communiqué d'annonce de l'enquête de circulation demandait aux usagers "de prévoir quelques minutes supplémentaires pour effectuer leur trajet". Yoan ajoute cependant que "ce petit désagrément pour des milliers de personne est bien peu de chose comparé aux améliorations notoires sur le trafic à Sophia que cette étude (comme les précédentes) va sans aucun doute apporter... ou pas".

 

"Une enquête sur Sophia un jour de pluie = de gros bouchons et beaucoup d'énervement!" estime Marie A. qui trouve honteux de "bloquer la circulation aux entrées de Sophia aux heures de pointe" et propose plutôt d'enquêter "entre midi et deux heures dans les restaurants de Sophia ou d'envoyer des mails aux entreprises".

 

 "Champion pour mettre la pagaille", intervient un autre Sophipolitain anomyme.

 

"J'ai mis une heure au lieu de 15mn pour venir à mon boulot!", témoigne Stéphane qui lui aussi préconise des "moyens plus sophistiqués" (mail ou questionnaire mis à dispo dans les sociétés).

 

"Arriver au boulot énervée et bien débuter la journée, mon rêve!", s'exclame Myriam. "Vous nous préparez d'autres blagues comme celle là prochainement?".

 

Marilyn Romedenne, qui habite le quartier Saint-Jacques à Grasse, fait part de son côté de "quelques remarques sur la desserte Grasse-Sophia-Grasse". "Je pense ne pas être la seule à avoir testé le bus Grasse-Sophia et à avoir abandonné faute de desserte correcte. Car de porte à porte mettre 2 heures le matin et la même chose le soir n'est pas possible régulièrement. J'espère que les choses vont évoluer et que l'utilisation du bus entre Grasse et Sophia sera plus aisée à court terme".

 

Pour Jean-Michel Brice, Directeur centre de design EPCOS France, "il semble que l'on marche sur la tête. Votre enquête par questionnaire provoque des bouchons monstrueux, en tout cas le matin et perturbe tout le monde, tout ça pour améliorer la circulation!!

 

" Si le test était : "comment boucher tous les accés de Sophia" il est réussi !" signale un anonyme. Et de noter ironique "Quelques minutes supplémentaires ! Ce matin le bouchon commençait à Valbonne village. Il m'a fallu plus de 45 min pour venir travailler.

 

Suivant le prospectus qui lui avait été remis, Alouatiq Houdaifa note pour sa part être allé s'inscrire sur le site "EnqueteSophia.free.fr" afin de participer à l'enquête téléphonique et que, ce site n'était pas accessible. "Merci de relayer l'information auprès de l'organisme enquêteur", est-il ajouté. 

 

Autant de réactions à chaud sur un sujet d'autant plus "épidermique" que les Sophipolitains y sont quotidiennement confrontés.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011