ShareThis

Rose Dieng : l'INRIA pleure l'une des ses plus éminentes chercheuses

A Sophia Antipolis, le monde de la recherche est en deuil. Il a perdu à la fois son plus joli sourire et l'une de ses plus éminentes chercheuses. La disparition de Rose Dieng-Kuntz, décédée lundi de maladie à l'âge de 52 ans, a jeté en effet la consternation non seulement à l'Inria Sophia où cette spécialiste d'Intelligence Artificielle travaillait ces dernières années sur la gestion des connaissances et le web sémantique. Mais il a également profondément touché toute la communauté des chercheurs.

 

Car Rose était un personnage. D'abord par son parcours hors du commun. Après une scolarité brillante au lycée Van Vollenhoven de Dakar au Sénégal (1er prix en mathématiques, en français et en latin au concours général sénégalais 1972, et 2ème prix en grec, lauréate du baccalauréat section scientifique avec mention très bien et les félicitations du jury) Rose Dieng-Kuntz poursuit ses études en France où elle est la première femme du Sénégal et d'Afrique admise à l'Ecole polytechnique en 1976. Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, d'un DEA en informatique et titulaire d'une thèse sur la spécification du parallélisme, elle intègre l'INRIA en 1985 et dirige une équipe qui a, tout d’abord, travaillé sur les méthodes et les outils d’aide à l’acquisition des connaissances.

 

Mais c'était  aussi un personnage par sa contribution à la recherche et à la science. Elle avait ainsi été distinguée en 2005 par le prix Irène Joliot-Curie 2005 décerné par le Ministère de la Recherche et le groupe EADS. Directrice de recherche Inria elle était alors responsable scientifique du projet ACACIA (Acquisition des connaissances pour l’assistance à la conception par interaction entre agents) à l’Inria Sophia Antipolis depuis 1992. Autour de Rose Dieng-Kuntz s'était formée l’une des premières équipes qui, dans la communauté "ingénierie des connaissances", avait parié sur le web sémantique. Pari très judicieux.

 

Sur le livre de témoignages ouvert sur le site de l'Inria à tous ceux qui souhaitent déposer une contribution personnelle en hommage à Rose, Gérard Giraudon a inscrit le premier hommage. Il est émouvant."J'écris ces quelques lignes de témoignages en tant que directeur du Centre de recherche INRIA Sophia Antipolis - Méditerranée mais aussi à titre individuel car je connaissais Rose depuis plus de 20 ans. C'est une longue histoire que Rose a écrite à l'INRIA remplie de succès scientifique, de joie et de partage, de l'équipe Smeci à l'équipe Edelweiss en passant par l'équipe Acacia. Rose avait le sens profond de l'amitié et des rapports humains. Elle était fière de son parcours récompensé par le Prix Irène Joliot-Curie, fière non pas pour elle mais pour l'exemple qu'elle incarnait. Cette humanité qu'elle savait mettre dans tous les actes, des plus simples aux plus solennels faisait de Rose, chercheuse brillante, une personne attachante".

 

C'est là le premier d'une centaine de témoignages de reconnaissance. Preuve de l'attachement que toute la communauté scientifique portait à Rose et à son magnifique sourire.

Pour témoigner : http://www-sop.inria.fr/temoignages/Rose.Dieng/index.php/Accueil

 

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011