ShareThis

Cannes : hommage unanime à Rosella Hightower

hightower_montage_540.jpg

hightower_danse_220.jpg 

Un hommage unanime : c'est ce que reçoit Rosella Hightower dont le décès est survenue dans la matinée du 4 novembre à l’âge de 88 ans. C’est avec une profonde tristesse que le monde de la danse et la Côte d'Azur ont appris la disparition de Rosella Hightower, étoile de la danse, qui en 1961, a créé le Centre de Danse International de Cannes. Une école mondialement renommée qui porte son nom.

 

La grande époque du Marquis de Cuevas

 

"La danse a été toute ma vie, comme un sacrifice et un privilège", dira un jour Rosella. La danse aura été aussi toute sa vie. Originaire d’Oklahoma, Rosella Hightower avait commencé sa carrière de danseuse en 1938 en Europe avec Léonide Massine aux "Ballets russes de Monte Carlo". De retour aux Etats Unis, elle est engagée comme soliste au "Ballet Théâtre américain". En 1946, elle crée, à New York, "Constantia" et "Sebastian" avec la Compagnie de "L'Original Ballet Russe", dont le fameux mécène, le Marquis de Cuevas, était l'un des animateurs. Le Marquis adopte immédiatement cette nouvelle étoile et la révèle à l'Europe lors de l'inauguration du "Nouveau Ballet de Monte Carlo". Sa première apparition à Paris en 1947 fait sensation au milieu d’un public grisé par son dynamisme et sa virtuosité. Elle fut ainsi la première ballerine américaine qui ait gagné une place d'élite sur les scènes européennes.

 

Rosella Hightower travaille pendant 15 ans auprès du Marquis de Cuevas, à la tête d'une compagnie dont elle est la reine incontestée. Avec une vie itinérante et un travail physique surhumain, elle ne cesse jamais de se passionner pour tout ce qui l'entoure, et d'en tirer une leçon à chaque occasion. Danseuse du mouvement, d’une profonde musicalité, cette américaine au sang indien ignore la mièvrerie affectée. Elle danse "large", traçant dans l'espace des courbes audacieuses, refusant souvent de fignoler les détails.

 

Une école de danse en avance sur son temps

 

Elle crée, en 1961, le Centre de Danse International de Cannes d'où une pléiade d'artistes est sortie. Par sa conception, l’école apparaissait à l’origine comme une structure unique à son époque. Elle permettait de former des jeunes de toutes nationalités, en associant un enseignement très rigoureux en danse classique et diverses formes d’expression, comme la danse moderne, la danse jazz, le mime, le théâtre, les danses de caractère, tout en leur donnant la possibilité de suivre une scolarité normale, grâce aux premières classes à horaires aménagés.

 

Simultanément, afin de toujours rester en contact avec le milieu professionnel, elle dirige le Ballet de l'Opéra de Marseille, le Ballet du Grand Théâtre de Nancy, puis le Ballet de l'Opéra de Paris, et enfin le Ballet de la Scala de Milan, en 1983. En 1991, grâce à l'aide financière apportée par les partenaires (le Ministère de la Culture, la Région PACA, le Département des A.M et la Ville de Cannes), son école devient L'Ecole Supérieure de Danse de Cannes et porte son nom.

 

A l’aube du 3ème millénaire, victime de son succès, l’Ecole ne dispose plus d’infrastructures adaptées dans le centre de Cannes. En 2000, le Conseil Général des Alpes Maritimes décide alors d’acquérir un site de 2 hectares pour accueillir et développer le nouveau projet proposé par Monique Loudières, nouvelle directrice artistique nommée en 2001 sur proposition de Rosella Hightower pour lui succéder à la tête de cette nouvelle structure.

 

Un dernier hommage lundi à 10 heures à Cannes

 

Rosella Hightower a été nommée Officier dans l'Ordre National du Mérite, puis en 2005, Commandeur de la Légion d'Honneur par le Gouvernement Français. Nul doute que le rayonnement de Rosella continuera d’irradier le monde de la danse bien au-delà de son existence. Un dernier hommage sera rendu à cette grande dame, lundi 10 novembre à 10 heures en l’Eglise Notre-Dame de Bon Voyage à Cannes (en face du Palais des Festivals).


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011