ShareThis

Thales Alenia Space : prêt pour la prodigieuse aventure spatiale de Planck et Herschel !

planck_herschel_550.jpg

Deux vues d'artistes avec à gauche le satellite Planck et à droite Herschel.

 

C'est l'une des grandes aventures de l'astronomie du 21ème siècle qui se précise et dans laquelle le Cannois Thales Alenia Space se trouve au premier rang : le prochain lancement dans l'espace des satellites Herschel et Planck, construits sous maîtrise d’oeuvre Thales Alenia Space pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA). Un lancement qui représente le plus important contrat jamais confié à l’industrie dans le domaine des sciences spatiales et qui ouvre une nouvelle aventure : l'observation des rayonnements les plus froids de l'univers. Une nouvelle étape qui permettrait d'accéder au rayonnement fossile de la toute première lumière de l’univers, émise 380 000 ans après le Big Bang, il y a plus de 13 milliards d’années.

 

Les deux satellites ainsi, ont rejoint le Centre spatial guyanais, à Kourou, afin d’y être préparés en vue de leur lancement sur Ariane 5 prévu pour le 16 avril. Ces deux observatoires, les plus complexes jamais réalisés en Europe, seront placés en orbite autour d’un point stable situé à 1,5 millions de km de la Terre. C'est ce qui leur assurera des conditions thermiques optimales pour observer les rayonnements les plus froids de l’univers.

 

Herschel : un télescope de l'infrarouge lointain

 

Expédié en Guyane le 11 février, Herschel est un télescope de l’infrarouge lointain et sera le premier à observer l’univers jusque dans les rayonnements submillimétriques. Il est doté d’un miroir primaire de 3,5 m de diamètre (contre seulement 2,4 m pour le télescope spatial Hubble), ce qui en fera le plus grand télescope en orbite jusqu’à l’arrivée du télescope spatial James Webb en 2013.

 

Successeur de l’observatoire ISO, déjà réalisé par Thales Alenia Space et qui a révolutionné l’astronomie infrarouge de 1995 à 1998, Herschel sera capable d’observer des régions de l’univers, froides et chargées de poussières, inaccessibles aux autres télescopes. Il étudiera en priorité la genèse des galaxies et l’évolution des étoiles en formation, ainsi que les nuages de gaz et de poussières où naissent les étoiles, les disques protoplanétaires et les molécules organiques complexes dans la chevelure des comètes.

 

Planck traquera le "bruit de fond cosmologique"

 

Arrivé en Guyane le 18 février, Planck est un observatoire dédié à l’étude du "bruit de fond cosmologique", c’est à dire le rayonnement fossile de la toute première lumière de l’univers, émise 380 000 ans après le Big Bang, il y a plus de 13 milliards d’années. L’univers était alors concentré dans un volume mille fois plus faible qu’aujourd’hui. En descendant à 3 300°C, sa température venait à peine de permettre aux premiers atomes d’hydrogène de se former et aux photons de se dissocier de la matière pour se déplacer librement.

 

Afin d’observer ce rayonnement dont la température n’excède plus aujourd’hui 2,725 K (-270,435°C) et surtout pour dresser une carte ultra précise de ses infimes variations (± 0,002°), Planck dispose d’un système de refroidissement à six étages (trois passifs et trois actifs) conçu pour maintenir son miroir principal à 60 K (-213°C) et les détecteurs de sa charge utile à 20 K (-253°C), 4 K (-269°C) et même 0,1 K (-273,05°C) pour les bolomètres de l’instrument haute fréquence HFI. Tout au long des dix-huit mois que doit durer la mission, ceux-ci seront les objets les plus froids de l’univers.

 

Une livraison qui parachève huit années d'intense coopération avec l'ESA

 

"Avec la livraison d’Herschel et Planck et leur lancement prochain, Thales Alenia Space parachève huit années d’intense coopération avec l’ESA, la communauté scientifique et l’une des plus grandes équipes industrielles jamais réunies sur un projet de cet ordre" déclare Reynald Seznec, Président Directeur Général de Thales Alenia Space.

 

"Le très haut niveau de performances atteint avec ces deux satellites démontre la qualité des compétences techniques et des moyens industriels mis en œuvre par Thales Alenia Space dans le domaine de l’astronomie spatiale européenne. Au-delà d’Herschel et Planck, nous continuons de mettre cette expertise et ces capacités au service de la communauté scientifique en participant d’ores et déjà aux études sur les prochaines missions astronomiques et astrophysiques qui seront développées dans le cadre du programme "Cosmic Vision" de l'ESA".

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011