ShareThis

Les satellites Herschel et Planck lancés avec succès

planck_herschel_550.jpg 

C'est parti pour une nouvelle grande aventure de l'espace ! Les satellites Herschel et Planck, construits sous maîtrise d’œuvre Thales Alenia Space pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA), ont été lancés avec succès depuis le Centre spatial guyanais, à Kourou, par une fusée Ariane 5. Ces deux observatoires, fabriqués par le constructeur européen dont le siège est à Cannes-La Bocca, sont les plus complexes jamais réalisés en Europe. Ils vont rejoindre une orbite autour d’un point stable situé à 1,5 millions de km de la Terre, ce qui leur assurera des conditions thermiques optimales pour observer les rayonnements les plus froids de l’univers.

Herschel : un miroir deux fois plus grand que celui de Hubble

Herschel est le plus grand des télescopes en orbite dédié à l’exploration de l’univers le plus froid. Il est équipé d’un télescope doté d’un miroir primaire en carbure de silicium de 3,5 m de diamètre, d’une surface plus de deux fois supérieure à celle du miroir de Hubble pour un poids près de 3 fois moindre (300 kg contre 840 kg). C’est le premier observatoire spatial à couvrir le spectre entre 55 et 672 µm (infrarouge lointain et rayonnements submillimétriques) pour détecter des objets irradiants à des températures entre 5 et 50K (-268/-223°C). Il est également le premier télescope à voir au-delà du « brouillard » causé par les poussières cosmiques pour observer la lumière fossile des phénomènes les plus anciens de l’univers.

Planck : la machine à remonter la nuit des temps

Planck est la machine à remonter la nuit des temps pour assister à l’aube de l’Univers, il est le premier satellite européen dédié à l’étude du "bruit de fond cosmologique", c’est à dire le rayonnement fossile de la toute première lumière de l’univers, émise 380 000 ans après le Big Bang, il y a plus de 13 milliards d’années. Il est équipé d’un télescope de 1,5 m travaillant dans le domaine millimétrique et submillimétrique, entre 300 µm et 1 cm de longueur d’onde. Il fournira une cartographie complète du ciel en 15 mois : 500 milliards de données brutes retransmises pour réaliser des cartes de 50 millions de pixels dont seront extraites 20 paramètres cosmologiques fondamentaux et observera des infimes variations (anisotropies) dans le rayonnement fossile (± 0,002°) avec une sensibilité proche des limites dictées par l’astrophysique (de l’ordre du millionième de degré).

L'une des plus grandes équipes industrielles jamais réunies

"Avec le lancement d’Herschel et de Planck au cœur de l’année de l’astronomie, Thales Alenia Space parachève huit années d’intense coopération avec l’ESA, la communauté scientifique et l’une des plus grandes équipes industrielles jamais réunies sur un projet de cet ordre" estime Reynald Seznec, Président Directeur Général de Thales Alenia Space. "Le très haut niveau de performances atteint avec ces deux satellites démontre la qualité des compétences techniques et des moyens industriels mis en œuvre par Thales Alenia Space dans le domaine de l’astronomie spatiale européenne. Au-delà d’Herschel et Planck, nous continuons de mettre cette expertise et ces capacités au service de la communauté scientifique en participant d’ores et déjà aux études sur les prochaines missions astronomiques et astrophysiques qui seront développées dans le cadre du programme Cosmic Vision de l'ESA".


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011