ShareThis

Sophia : l'international, nouvelle priorité des pôles de compétitivité

Pionnière de l’ouverture vers l’international, la Fondation Sophia Antipolis organise pour la cinquième année consécutive le forum des pôles de compétitivité, lieu de rencontres et d’échanges concrets consacrés cette année à l’action des pôles de compétitivité hors de nos frontières. En ouverture de cet événement, Pierre Laffitte et Tea Petrin, respectivement Président d’honneur et Présidente de l’European Cluster Policy Group (ECPG) n'ont pas manqué de souligner ce matin la nécessité pour les pôles de compétitivité ou clusters de consacrer plus d’énergie à leur action internationale. Cette nécessité est au cœur des réflexions de l’Europe et du groupe ECPG que la Commission européenne a mis en place.

 

La nécessité d'avoir des "World Class Clusters"

 

Si Christine Lagarde, ministre de l'Economie, n'a pu effectuer le déplacement, c'est Christian Estrosi qui à 18 heures devait clôturer les débats de la première journée du Forum en insistant  sur la nécessité pour notre économie d’avoir des "World Class Clusters" alors que débutent les Etats Généraux de l’Industrie. Mais le ministre chargé de l’Industrie, en dernière minute, a dû lui aussi se décommander alors qu'il devait se rendre à Flins autour de Renault et de sa future usine pour la voiture électrique. Rappelons par ailleurs que la labellisation de pôles Ecotech est imminente.

 

Le programme "Spitzencluster" du ministère fédéral allemand de l’enseignement et de la recherche, particulièrement massif en financements, sera présenté à Sophia Antipolis par Frieder Meyer-Krahmer, Secrétaire d’Etat : cinq clusters ont été identifiés après une année d’évaluation comme les plus performants et les plus prometteurs. Cinq autres sont en cours de sélection.

 

L’international au cœur de la phase "2.0" de la politique des pôles

 

En France, les pôles, dans leur grande majorité, n’ont intégré que récemment la dimension internationale dans leur stratégie. C’est un axe majeur de la phase "2.0" de la politique des pôles qui vient de commencer et s’achèvera en 2011. Cette dimension est maintenant formalisée dans des "contrats de performance" qui les lient pour 3 ans avec l’Etat et les collectivités territoriales impliquées. Chaque pôle y a désigné clairement les pays prioritaires pour son développement ainsi que les marchés ciblés.

 

Des actions collectives pour assurer une visibilité à l'international

 

L’Etat, à travers la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) soutient les actions qui permettent aux pôles d’être visibles à l’international. En 2009, la DGCIS a prévu de financer 15 actions collectives des pôles à l’international. Dans ce cadre, 8 pôles de biotechnologies ont participé ensemble au salon BIO d’Atlanta (Etats-Unis) en mai dernier. Cette action a permis de mieux faire connaître les pôles biotech français dans un pays stratégique pour les sciences de la vie. De même, dans la mécanique, 8 pôles feront stand commun au sein de Mécafutur à la grande foire de Hanovre en avril prochain.

 

Autre exemple d’action collective : le symposium France-Québec prévu en novembre 2010 à Paris après une première rencontre au Québec en 2008 où 22 pôles français étaient représentés. Il faut noter cependant que les grands pôles sont déjà très actifs à l’international. En témoigne Aerospace Valley qui a signé un accord avec la Nasa en juin dernier (pendant le salon du Bourget) ou encore le pôle System@tic qui coopère avec le MIT. Enfin, pour faire entendre leur voix, certains groupes de pôles ont maintenant des représentants à Bruxelles. Autant d'initiatives qui seront précisées, expliquées aujourd'hui.

 

La politique européenne des clusters au programme vendredi

 

La journée de demain, vendredi, sera consacrée à la politique européenne des clusters. L'Alliance Européenne des Clusters et l’Observatoire Européen des Clusters présenteront les résultats de la première phase de leurs travaux et des suites qui en seront données en présence de Pierre Laffitte, Président d’honneur de l’European Cluster Policy Group et Président de la Fondation Sophia Antipolis et de Nikos Pantalos. DG Entreprises et Industrie pour la Commission européenne, ce dernier annoncera les orientations de la politique européenne des clusters pour les 3 prochaines années.

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011