ShareThis

Thales Alenia Space : une livraison sur Kourou et un nouveau contrat

L'actualité est fournie pour le Cannois Thales Alenia Space même si le constructeur de satellites attend toujours la décision officielle de l'ESA (Agence Spatiale Européenne) quant au choix du maître d'œuvre de la troisième génération des Meteosat. Après la réunion de la commission d'évaluation de l'ESA du 3 février, certains magazines spécialisés avaient annoncé que c'était Thales Alenia Space avec son partenaire allemand OHB Technology qui avait été retenu après une bataille acharnée avec Astrium. Mais la confirmation officielle, censée intervenir dans la semaine qui suivait, n'est toujours pas tombée. Silence radio. Pas un souffle. Ni dans un sens, ni dans l'autre. Le souffle, c'est Cannes qui le retient, en attendant la confirmation, ce qui serait une grande nouvelle, ou l'infirmation (une grosse déception dans ce cas).

 

ComsSatBw : un élément clé pour les forces armées allemandes

 

Pour l'une des plus grandes entreprises du département, d'autres contrats sont en cours. Ainsi TAS vient de livrer le deuxième module de vol ComSatBw sur la base de Kourou en Guyane française, d’où il sera lancé le 24 mars 2010 par une Ariane 5 ECA. En tant que maître d’œuvre du satellite, Thales Alenia Space a conçu, fabriqué, intégré, testé et livré au sol les deux satellites ComSatBw pour le compte d’EADS Astrium, maître d’œuvre du segment spatial.

 

Les satellites de télécommunications militaires ComSatBw sont des éléments clés pour les forces armées allemandes. Ils offriront un réseau multimédia sécurisé assurant un lien continu entre le gouvernement, les autorités militaires et les forces armées déployées à travers le monde. Utilisant la plate-forme Spacebus 3000B2 de Thales Alenia Space, les satellites géostationnaires et multi-missions ComSatBw embarquent des charges utiles équipées de répéteurs en bandes SHF (Super-High-Frequency) et en bande UHF (Ultra-High-Frequency), dont l’essentiel a été fourni par EADS Astrium. D’une masse au lancement d’environ  2,5 tonnes et d’une puissance de 3,5 kW, les satellites ComSatBw ont une durée de vie estimée à 15 ans.

 

Athena-Fidus : nouveau contrat pour un satellite de télécommunication militaire et civil

 

En tant que maître d’œuvre du système français Syracuse, des systèmes italiens Sicral et COSMO-SkyMed, Thales Alenia Space s'affirme ainsi comme un acteur majeur dans le spatial de défense. Sont proposées des solutions de télécommunication, d’observation, de navigation ainsi que des systèmes d’alertes avancées. Le groupe a fourni les satellites de télécommunications Koreasat-5 (Corée du Sud) et Star One C1 & C2 (Brésil) ainsi que les instruments pour les satellites d’observation Hélios 2 et Pleiades (France), SAR-Lupe (Allemagne), Kompsat 5 (Corée du Sud), ainsi que les satellites pour le démonstrateur d’alerte avancée Spirale (France).

 

Plus récemment, un contrat a été signé avec les agences spatiales française et italienne, le CNES et l’ASI, pour développer, construire, tester et livrer en orbite un satellite civil et militaire de télécommunication très haut débit : Athena-Fidus (l'acronyme d'Access on theatres for European allied forces nations-French Italian dual use satellite). Pesant 3 tonnes, Athena-Fidus est en effet un satellite dual militaire et civil. Il sera lancé par Ariane en 2013

 

Connecté à 660 stations situées au sol avec un débit global supérieur à 1Gbit/s, il offrira un service à haut débit de type ADSL ainsi que des liaisons pour les drones. Il disposera aussi de terminaux utilisateurs bas coûts dérivés de produits commerciaux. Fruit d’une coopération entre la Direction générale de l’armement française et son homologue transalpin le Secrétariat pour la défense italienne, Athena-Fidus est destiné aux forces armées. Mais il sera également mis à la disposition d'institutions des deux pays dédiées à la sécurité civile ou intérieure. Le contrat a été signé le 10 février pour un montant de 280 M€ supporté par la France et l’Italie, à hauteur chacun de 140 M€.

 

TAS : un positionnement fort dans la défense

 

Toujours dans ce domaine de la défense et de la sécurité, TAS s'est vu confier par la France la responsabilité du développement de l’instrument optique pour le programme CSO, successeur des satellites Hélios 2. Le groupe prépare également le programme d’écoute opérationnel CERES et se positionne comme l’acteur incontournable de la réflexion en cours sur l’externalisation des moyens de télécommunications spatiales militaires français qu’il a lui-même construit et qu’il opère déjà. "Il en sera très certainement de même pour le futur système opérationnel d’alerte avancé que la France souhaite développer, le système d’observation italien de seconde génération ou encore le système européen de renseignement MUSIS", estime Thales Alenia Space.

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011