ShareThis

Thales Alenia Space : un carnet de commandes "historique"

thales_visitechatel_500.jpg

Lors d'une visite ministérielle de Luc Chatel dans les salles blanches de La Bocca.

 

Article actualisé à 14h30 pour intégrer la perte du satellite W3B. Thales Alenia Space fait l'actualité économique ces derniers jours. Le constructeur cannois annonçait ainsi il y a dix jours le lancement des six premiers satellites de Globalstar Seconde Génération, les premiers d'une série de 48. Il y a trois jours, se trouvait confirmé le contrat géant de 1,7 milliards d'euros avec l'Américain Iridium pour Iridium NEXT, une constellation de 81 satellites. Hier, l'actualité c'était le lancement du satellite de télécommunication W3B, construit sous maîtrise d’œuvre Thales Alenia Space pour le compte d’Eutelsat. Un lancement effectué par Arianespace à bord d’une une fusée Ariane 5 ECA depuis Kourou en Guyane et qui, on l'apprenait aujourd'hui en fin de matinée, se soldait par la perte du satellite suite à une anomalie de fonctionnement observée sur son sous système de propulsion. L'espace, en dépit des progrès, effectués reste un environnement difficile.

 

Un nouveau programme satellite W3D va être engagé immédiatement

 

Ce satellite avait pour mission d’accroître et de renouveler les ressources d’Eutelsat à la position orbitale de 16° Est en remplaçant les satellites EUROBIRD(TM) 16, W2M et SESAT 1 d'Eutelsat. En tant que maître d’œuvre, Thales Alenia Space s’est chargée de la conception, de la construction, des tests et de la livraison du satellite W3B permettant de fournir des services de diffusion et de télécommunication en Europe, au Moyen Orient et en Afrique. En l'absence de W3B, ces trois satellites continueront d'assurer tous leurs services actuels à cette position jusqu'à l'arrivée de W3C (actuellement en construction chez TAS) dont le lancement est prévu pour mi-2011 a déclaré Eutelsat dans un communiqué diffusé à 13 heures. Eutelsat va également engager immédiatement un nouveau programme satellite, W3D, pour un lancement au premier trimestre 2013.

 

"La perte de W3B est une déception pour Eutelsat et pour nos clients. Nous la partageons également avec nos partenaires, en particulier Thales Alenia Space et la communauté des assureurs" a déclaré Michel de Rosen, Directeur général d'Eutelsat Communications. "Nous allons maintenant concentrer notre attention sur la livraison du satellite W3C pour une entrée en service à 16 degrés Est dès le milieu de l'année prochaine et sur la mise en oeuvre d'un nouveau programme satellitaire pour compenser cette perte".

 

Au total Eutelsat a commandé 20 satellites à Thales Alenia Space. Un nombre incluant W3C actuellement en cours de fabrication dans les salles blanches de la société et le récent contrat W6A attribué en juin dernier.

 

Le recrutement de 150 ingénieurs

 

Comme toujours en de telles circonstances, l'échec du lancement a jeté un froid dans les salles blanches cannoises. Ce qui ne devrait pas pour autant handicaper l'avenir. Eutelsat a rappelé que les risques d'échec au lancement avaient fait l'objet de garanties l'assurant contre toute perte financière directe, tandis que l'indisponibilité de W3B ne change pas les objectifs financiers communiqués par le groupe en juillet dernier.

 

Quant à Thales Alenia Space, qui emménage dans ses nouveaux bureaux du programme Odyssée à La Bocca (plus de mille personnes y seront abritées), il n'a jamais eu de son histoire un carnet de commandes aussi rempli. Avec les constellations de satellites ce sont près de 150 unités qui seront à construire dans les cinq prochaines années. S'y ajoutent les programmes récemment "conquis" comme Meteosat nouvelle génération, et tous les programmes en cours. Plus que jamais, c'est de construction de satellites en série, comme pour Airbus, que l'on parle. TAS, d'autre part, est désormais, le leader mondial, en terme de nombre de satellites en construction.

 

Un superbe plan de charge de travail qui va avoir des incidences bénéfiques pour l'emploi. Thales Alenia Space qui compte déjà sur son site de Cannes près de 2.000 salariés (sans compter les sous-traitants) va recruter 150 ingénieurs supplémentaires. Bon pour la Côte d'Azur dont le groupe cannois est, de loin, le plus gros exportateur et l'un des gros employeurs.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011