5G : l'alliance OpenAirInterface d'EURECOM se renforce

Posté ven 04/03/2016 - 10:26
Par admin

Association lancée en 2014 par l'école d'ingénieurs en systèmes de communication de Sophia, l'alliance OpenAirInterface vient d'intégrer dans son comité stratégique trois grands groupes industriels : l'opérateur Orange, le fabricant de terminaux TCT Communication Technology et Ercom (tests mobiles). Pour Christian Bonnet, président de l'OSA et professeur à EURECOM, l'objectif est de faire de l'alliance un moteur pour l'innovation des systèmes 5G.

5G : l'alliance OpenAirInterface d'EURECOM se renforce

Avec Eurecom, son école d'ingénieurs en systèmes de communication, Sophia Antipolis se positionne comme un acteur majeur dans le développement de la 5G. C'est ce qui ressort de la récente annonce qui a été faite de l'intégration dans le comité stratégique de l'OSA, l'alliance OpenAirInterface de trois nouveaux membres stratégiques de poids : Orange, TCT Communication Technology et Ercom. Avec les partenaires associés, EURECOM et le nouveau comité stratégique comptent ainsi faire de l'OSA un moteur pour l'innovation des systèmes 5G, en se concentrant sur les domaines stratégiques suivants : SDN (Software-defined Networks); Interface radio 5G; Internet des objets; Prototypage et méthodologies de tests des solutions 5G et Réseaux hétérogènes.

Faire travailler ensemble les mondes académique et industriel

Un petit mot d'explication auprès de Christian Bonnet, professeur à EURECOM et président de l'association OSA. "L'école a créé cette alliance pour contribuer au développement de logiciels OpenSource pour le monde de la 5G. Il s'agit d'un fonds de dotation qui permet de réunir des partenaires dans cet objectif. Tous les développements qu'avait faits EURECOM dans la 4G et la 5G ont été mis dans ce fonds."

"Il faut savoir que pour les générations précédentes de téléphonie mobile, deux mondes ont œuvré avec leurs logiques propres : les mondes académique et industriel. Pour définir la 5G, nous avons voulu que ces deux mondes puissent travailler ensemble à travers un même outil logiciel. Pour le définir, nous sommes partis des cas d'usage. La 4G, c'est la transmission à large bande pour le très haut débit. Ce qu'on demande au réseau, c'est notamment de permettre des fonctions de streaming pour la vidéo."

"Pour la 5 G, les cas d'usage sont très différents. Ils sont multiples. Outre apporter le très haut débit, les nouveaux réseaux devront servir l'IoT, l'internet des objets qui, lui, n'a pas besoin de THD. Mais en revanche, il s'agira de répondre à un nombre d'objets connectés qui explose. Tout cela demande aussi beaucoup de modifications avec une architecture de réseau qui change et une part logicielle qui devient beaucoup plus importante."

Les objectifs des trois nouveaux membres

C'est à cette part logicielle que l'OSA, fondée à Sophia Antipolis, en 2014 veut répondre. Ses trois nouveaux partenaires lui apportent de nouveaux moyens. Pour Nicolas Demassieux, vice-président, Orange Labs Research "les réseaux des opérateurs mobiles sont aujourd'hui déployés sur des solutions matérielles dédiées. La tendance vise à l’implémentation de fonctions réseaux logicielles sur des solutions matérielles génériques. Pour les activités de recherche, la plate-forme OAI (Open Air Interface) permet déjà une implémentation logicielle complète des terminaux, du coeur de réseau et des stations de base LTE. En tant que membre stratégique de l'OSA, l'un des objectifs d'Orange est d'accélérer la recherche et l'innovation vers la 5G, en s’appuyant sur une plate-forme logicielle mutualisée pour implémenter, tester et démontrer les technologies 5G en temps réel."

Directeur du programme 5G de TCT Mobile Europe. Pierre Bonnard estime que, en tant que "fabricant leader de terminaux mobiles, TCT apportera son expertise et sa position unique au sein de l'Alliance pour contribuer au développement de terminaux, et assurer que les attentes des utilisateurs finaux et les contraintes des terminaux soient prises en compte dans le design des nouvelles technologies de réseaux." Quant à Yannick Dupuch, directeur général d'ERCOM, il souligne que l'expertise de son groupe, reconnue en matière de solutions de test de réseaux mobiles, "contribuera à accélérer la maturation du standard 5G, grâce à la toute première solution d’émulation de terminaux mobiles dans le Cloud."

Ajouter un commentaire