Aéroport : pas de retour au trafic 2019 avant 2024-2027 selon ADP

aéroport Nice piste

Sous l'effet de la seconde vague de Covid-19, les perspectives s'assombrissent pour les aéroports et le transport aérien. Ce matin, le groupe ADP (Aéroports de Paris) a revu à la baisse ses perspectives de trafic. Elles étaient jusqu'alors de -63% sur l'ensemble de l'année 2020 et sont maintenant descendues jusqu'à -70%. Encore plus inquiétant : alors que l'on évoquait jusqu'à présent 2024 pour un retour à la normale, dans un communiqué ADP écrit  que le trafic dans ses aéroports ne pourrait revenir à la hauteur de 2019 (l'année avant-Covid), qu'"à la fin de la période comprise entre 2024 et 2027". (Photo DR : la plateforme aéroportuaire azuréenne).

Des perspectives que l'on retrouve pour l'aéroport Nice Côte d'Azur. En début de semaine, Franck Goldnadel, le nouveau président de la SACA (Société Aéroportuaire de la Côte d'Azur) notait qu'après une toute petite embellie en juillet août, le trafic azuréen était retombé en septembre et que les estimations de trafic pour l'année 2020 avait dû être revue à la baisse autour et vraisemblablement en dessous de 5 millions de passagers contre 14,48 millions en 2019.

Publiés par le site spécialisé Air-journal.fr, les chiffres du mois de septembre 2020 témoignent de cette nouvelle baisse de régime que la recrudescence de la pandémie en Europe risque de renforcer. Ils indiquent une baisse de 69,9% par rapport à septembre 2019, cela après -54,6% en août. "Le trafic domestique affiche -33,9% avec 295.045 clients (381.690 en août), tandis qu’à l’international le recul est de 85,9% avec 142.036 passagers", note le journal en ligne. Dans le détail, il indique que le trafic avec l'Europe baisse de 85,2% (134.112 clients), et celui avec l’Afrique de 79.2% (7739 passagers). Sur le reste de l'international (USA, Asie, Moyen-Orient), c'est pratiquement zéro trafic.

Pour l'aéroport azuréen, qui n'a pas encore publié le programme de la "saison d'hiver", les prochains mois s'annoncent aussi de nouveau très difficiles comme par ailleurs pour tous les aéroports de France.

 

Étiquettes

Commentaires

nicolas zveguintzoff (non vérifié)     dim 25/10/2020 - 18:32

En fait on n’en sait strictement rien :
Si le virus s’était éteint avec l’été le trafic serait déjà reparti.
Le transport aérien est complètement tributaire des décisions gouvernementales : si les frontières européennes sont fermées, il n’y a plus de trafic possible; si les lieux touristiques sont fermés (théâtres, salles de concerts, musées, centres de loisir, restaurants…) le trafic touristique se réduit comme peau de chagrin.
Le trafic s’est effondré partout dans le monde… sauf le trafic intérieur chinois qui a retrouvé son niveau d’avant crise. Noter que si le trafic intérieur des Etats-Unis s’est effondré, c’est parce que les Etats-Unis sont constitués de 50 états, qui ont créé leurs propres règles de quarantaine, tout comme les états européens, et que tous les avions ont donc été cloués au sol. La situation s’améliore aux US suite à la levée progressive des quarantaines.
Les mêmes causes ayant les mêmes effets partout dans le monde : quand les restrictions au voyage auront disparu le trafic pourra reprendre, et possiblement très vite, en Europe, aux Etats-Unis, comme cela a été le cas en Chine.
Donc il n’y a aucune raison de prétendre que le trafic ne retrouvera pas ses niveaux historiques avant 2023 ou 2024, sans un solide dossier épidémiologique et économique en appui.
Sinon on s’endort dans le confort des fausses certitudes, on prend des décisions dictées par le malthusianisme au lieu de s’organiser pour pouvoir rebondir au plus tôt.
Une fois encore : « business as usual » en Chine

Pascal (non vérifié)     mer 28/10/2020 - 16:38

Nul ne sait aujourd'hui de quoi le mois prochain sera fait alors 2027...Il faut savoir raison garder. Merci

Ajouter un commentaire