Aéroport : ses augmentations de tarifs refusées par l'ART

La nouvelle Autorité de régulation des transports (ART) a rejeté la nouvelle grille de tarifs des aéroports Nice-Côte d'Azur et Cannes-Mandelieu (ACA) du 1er février 2020 au 31 octobre 2020, grille qui présentait une hausse de 49% de la quasi-totalité des redevances que versent les compagnies aériennes pour utiliser les infrastructures aéroportuaires (atterrir, décoller, circuler sur les pistes, s'arrêter…). C'est la toute première décision de l'ART qui, le 1er octobre dernier, a remplacé l'ASI (Autorité de supervision indépendante des redevances aéroportuaires). Mais ce refus vient confirmer celui de l'ASI : suite à deux refus d'homologation, c'est elle qui avait déjà fixé les tarifs pour la période du 15 mai au 31 octobre 2019.

"Ces hausses très significatives des tarifs unitaires concernent les redevances les plus importantes, de sorte que l'évolution des tarifs, par rapport aux tarifs en vigueur, ne peut être regardée comme modérée", a écrit l'ART pour justifier sa décision. De son côté, le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara), a applaudi. Dans un communiqué il estime que cette décision pourrait "permettre de faire cesser les hausses non justifiées demandées par certains aéroports que le Scara n'a de cesse de dénoncer, et même de demander des baisses tarifaires chaque fois que cela est possible". Des hausses de redevance, qui, pour le passager, viennent évidemment peser sur le prix des billets.

Tags