Aéroport : un référé et un recours déposés contre l'extension du Terminal 2

Trois associations d'environnement ont annoncé aujourd'hui avoir déposé un référé-suspension et un recours en annulation contre le Permis de Construire accordé au nom de l'Etat en janvier pour l'extension du Terminal 2, projet destiné à accroître la capacité de l'aéroport à 18 millions de passagers contre 14 actuellement.

Dessin extension aéroport

Trois associations de défense de l'environnement (France Nature Environnement PACA  et FNE Alpes Maritimes, CAPRE 06 -  Collectif Pour les Réalisations Ecologiques) ont annoncé aujourd'hui avoir déposé hier, mardi 4 février, au Tribunal administratif de Nice, un référé-suspension et un recours en annulation contre l'arrêté préfectoral du 13 janvier 2020 accordant un permis de construire au nom de l’Etat pour l'extension du terminal 2 de l'aéroport Nice Côte d'Azur.

Ces recours, expliquent les plaignants, s'appuient sur les illégalités de fond et de forme du projet, le référé-suspension étant fondé en particulier sur l'urgence à agir eu égard à l'impact environnemental et sanitaire de ce projet.

25.000 m2 de plancher supplémentaires

Présenté en juin 2018, le projet d'extension vise dans un premier temps à la construction d'une nouvelle "jetée" permettant de traiter les avions en "faux contact" (livraison mi 2011) puis, dans un deuxième temps, d'un nouveau bâtiment terminal pour le développement des trafics "courts" et moyen-courriers (horizon 2022-2023).

Ces deux réalisations (25.000 m2 supplémentaires, portant la surface de plancher totale de l'aéroport à 98.000 m2) comportent un nouveau hall d’enregistrement, une zone de tri des bagages, et des salles d’embarquement supplémentaires afin de porter la capacité à 18 millions de passagers par an contre une capacité maximale actuelle de 14 millions.

"Plus de pollution de l'air, plus de bruit, plus de trafic automobile..."

L'opposition à ce projet d'extension de l'aéroport s'était cristallisée en fin d'année dernière. Plusieurs associations de défense de l'environnement, regroupées au sein d'un Collectif Citoyen06, étaient montées au créneau pour contester l'extension avançant que l'accroissement du nombre d'avions engendrerait inévitablement "plus de pollution de l'air, plus de bruit, plus de trafic automobile" et allait engendrer un véritable "sur-tourisme". Une pétition avait circulé en ce sens et avait recueilli plus de 13.000 signatures.

Quand fin décembre, le préfet des Alpes-Maritimes a donné son accord pour la délivrance du Permis de construire, les associations ont annoncé être décidées à contester le projet en justice. Ce qu'elles font donc aujourd'hui.