Alerte : Intel quitterait la France…et Sophia (400 emplois menacés!)

Posté ven 01/07/2016 - 08:00
Par admin

Installé en grand à Sophia Antipolis depuis 2011 avec le rachat de la division Wireless Solutions d’Infineon, le géant américain du processeur, qui s'est étoffé depuis sur la technopole avec les mobiles, dispose aujourd'hui d'un centre de R&D d'environ quatre cents personnes. Un centre qui serait appelé à disparaître dans le grand plan de restructuration annoncé en avril avec la suppression de 12.000 postes au niveau mondial et un repositionnement sur les data centers pour le Cloud et sur l'Internet des Objets.

Alerte : Intel quitterait la France…et Sophia (400 emplois menacés!)

Article publié le 29 juin à 16h25; Actualisé le 1er juillet à 8h. Intel va fermer ses centres de R&D en France dont celui de Sophia : c'est la rumeur qui court depuis quelques jours sur la technopole. Une rumeur qui, si elle n'a pas été pour l'instant officialisée, est qualifiée de fondée par l'écosystème microélectronique de la Côte d'Azur. Elle s'inscrit dans le vaste plan de restructuration dévoilé le 19 avril dernier par le géant américain du processeur. La société avait en effet annoncé la suppression à l'échelle mondiale de 12.000 emplois (soit 11% de ses effectifs) et avait décidé un vaste repositionnement sur des secteurs d'activités jugés plus rentables que celui du PC en régression depuis quelques années.

Intel à Sophia : une montée en puissance depuis 2011 sur les mobiles

Brian Krzanich, le Pdg d'Intel, avait alors donné le nouveau cap : passer de fournisseur PC à fournisseur pour le Cloud et les milliards d'appareils connectés qui arrivent. En résumé, les datas center pour le Cloud et l'Internet des Objets. Une annonce qui, évidemment, avait jeté un froid dans la technopole où Intel est monté en puissance depuis le rachat en 2011 de la division Wireless Solutions d’Infineon, avec un centre de R&D regroupant environ quatre cents personnes travaillant sur les modems et les mobiles, et installé dans l'immeuble "Navigator", route des Lucioles sur la partie Valbonne.

Les déclinaisons géographiques de ce gigantesque repositionnement n'avaient pas alors été données. Tout juste avait-il été signalé que cette nouvelle vague de suppressions de postes se ferait par des départs volontaires et des licenciements qui interviendraient à la mi-2017, et que les salariés concernés seraient notifiés dans les 60 jours.

Environ 400 emplois menacés à Sophia

C'est cette notification qui semble avoir été faite aujourd'hui avec l'annonce d'une fermeture d'ici 2018 des centres R&D d'Intel en France. La direction ne communiquant pas, le chiffre exact de l'effectif sophipolitain, donc le nombre de postes qui seraient ainsi supprimés sur la technopole, reste difficile de connaître avec précision. Ont circulé des chiffres allant de plus de 300 à près de 500, mais la réalité se situerait autour de 400 personnes, sur 750 salariés Intel en France. Cela sans compter les sous-traitants.

Outre celui de Sophia Antipolis, quatre autres centres sont concernés par le plan social pour la France dévoilé mardi 28 juin : Toulouse (280 personnes), Montpellier (40 personnes), Aix (35 personnes) et Rennes. Sophia serait ainsi le plus gros site impacté par la fermeture des centres français.

Intel, après Texas Instruments, NVIDIA et Samsung

Pour la Côte d'Azur, si cette nouvelle se confirme, ce serait un nouveau départ brutal d'une enseigne américaine qui interviendrait après ceux de Texas Instruments fin 2012 et de Nvidia en 2015. Ces deux grands groupes avaient décroché d'un marché mobile qui devenait par trop concurrentiel et s'étaient eux aussi repositionnés sur d'autres secteurs plus rentables de la microélectronique.

Autre exemple d'un décrochage qui, lui, a été aussi rapide lui que l'arrivée : le Coréen Samsung, qui s'était posé en octobre 2012 dans la technopole et s'en était retiré en grande partie l'an dernier, pour des raisons de repositionnement à l'échelon international, ne gardant que 20 personnes sur 110 (une petite partie qui, elle aussi, a été supprimée discrètement en début d'année à travers un second plan social; merci de nous l'avoir signalé à travers vos réactions). A chaque fois, une "casse sociale" partie de centres de décisions très lointains.

Pas de commentaires à Intel France

Sur le site de Sophia Antipolis, comme par ailleurs sur celui de Toulouse où 280 emplois sont également menacés, pas de commentaires. Pour toute information sur cette question, il a été indiqué de contacter la direction de la communication France à Paris. Pas plus de commentaires cependant de ce côté. Le directeur de la communication indique simplement qu'Intel traduira en France le nouveau positionnement sur le Cloud et sur l'Internet des Objets qui a été défini en avril dernier. Rien de plus. Intel France ajoute qu'il ne communique pas pour l'instant sur les déclinaisons du repositionnement mondial sur ses sites français et sur son impact social.

Ajouter un commentaire