Alliance avec Venise, label Cannes 2020 : les pistes du Festival de Cannes

Il a résisté jusqu'au bout, mais a dû jeter le gant lundi après l'intervention présidentielle excluant tout grand rassemblement jusqu'à mi-juillet. Le Festival de Cannes n'en continue pas moins à réfléchir pour tenir haut le drapeau du cinéma sous d'autres formes. Son délégué général, Thierry Frémaux a donné quelques pistes de réflexion.

Festival de Cannes Palais

Incertain alors que la pandémie continuait de gonfler à l'approche de ses dates de report (fin-juin début juillet), il a résisté jusqu'au bout le Festival de Cannes. Mais l'intervention présidentielle a porté l'estocade et ce qui est sûr, maintenant, c'est que l'édition 2020 n'aura pas lieu. Pas de montée des marches, de projections exceptionnelles, pas de compétition officielle, de sections parallèles… Ce fabuleux voyage dans le monde du cinéma qu'offre Cannes en mai est bel et bien annulé cette année. Exceptionnellement triste. Mais une fenêtre reste ouverte.

L'idée d'une alliance avec Venise n'est pas exclue

Car en annonçant lundi soir l'annulation de la 73ème édition, peu après la déclaration d'Emmanuel Macron excluant tout grand rassemblement jusqu'à mi-juillet, les organisateurs ont ajouté que le Festival n'aurait pas lieu …dans sa forme initiale. Sans préciser toutefois la forme qu'il prendrait et sachant déjà qu'il ne s'agirait pas d'une version digitale Thierry Frémaux, le délégué général, ayant largement exclu cette solution auparavant.

Depuis aussi, tout le monde s'interroge. Deux entretiens accordés par Thierry Frémaux à Variety et au Figaro ouvrent des pistes sur les réflexions actuellement menées. Première piste : celle d'une alliance avec la Mostra de Venise qui pour l'instant tient bon sur ses dates du 2 au 12 septembre tout en restant inquiète quant à une évolution plus dans le temps de la pandémie. Dans son entretien à Variety, Thierry Frémaux ne rejette pas l'idée. Depuis le début de la crise, rappelle-t-il, nous avons émis la possibilité de faire quelque chose ensemble si Cannes était annulé. Une discussion qui se poursuit tandis que d'autres festivals ont déjà invité Cannes (Locarno, San Sebastian, Deauville ou encore le Festival Lumière de Lyon en octobre).

Un label Cannes2020 pour valoriser les films retenus

Autre piste qu'ouvre l'entretien au Figaro : celle d'un label "Cannes2020" remplaçant "Sélection ­officielle" dénomination qui implique que le Festival soit organisé "normalement". Thierry Frémaux souhaite y associer les sections parallèles (Quinzaine des Réalisateurs, Semaine de la Critique et ACID) qui, elles ont annulé carrément l'édition 2020.

"Ce label permettrait de valoriser les films qu’on a vus et de s’y retrouver dans le dédale que sera l’organisation de leur sortie à l’automne. On nous envoie de partout des films magnifiques et il est de notre devoir - et notre envie ! - de les aider à exister et à retrouver le public. Car la Sélection ne s’est jamais arrêtée, les films sont là, nous en verrons jusqu’à fin juin !", explique au Figaro Thierry Frémaux qui tient à contribuer au chantier de reconquête du cinéma et de ses salles durement touchées aujourd'hui.

Le Marché du Film en version numérique du 22 au 26 juin

Concernant une version digitale (la solution qu'a retenue le Festival d'animation d'Annecy), Thierry Frémaux en repousse l'idée une nouvelle fois. "Cannes est une fête, un rassemblement, un jugement collectif, un impact. Des projections, des hourras, des sifflets, etc. Quand un film est montré sur la Croisette, il est acclamé, il est récompensé, il est vendu, acheté, distribué. Souvenons-nous de Parasite", déclare-t-il au Figaro.

En revanche, il n'en est pas de même pour le marché du film qui, comme le MIPTV, va jouer le digital. Le marché du film va ainsi proposer du 22 au 26 juin (les dates de report du Festival qui avaient été envisagées) une version numérique de son activité de vente-achat pour les professionnels. Pour le délégué général, c'est d'ailleurs la première étape de ce redéploiement de Cannes2020. D'autres étapes devraient sortir des réflexions en cours.