Antibes-Sophia-Antipolis : la JCE ASA prépare le déconfinement

Nous abordons (enfin), “l’après COVID-19” avec le déconfinement qui approche. Pour préparer au mieux cette nouvelle période, la Jeune Chambre Économique d’Antibes Sophia-Antipolis (JCE ASA) a choisi de travailler à la valorisation des expériences associatives dans les CV et au coaching en ligne des entrepreneurs sinistrés. Car, comme l'estime Julien Von Saenger, président 2020 de la JCE ASA  "nous ne mesurons pas encore la dimension de la crise économique qui suivra la crise sanitaire. Et beaucoup d’entreprises seront amenées à mettre la clé sous la porte si elles ne se préparent pas dès maintenant à se transformer et s’adapter pour l’après confinement".

Aussi dans ce contexte, le projet “CV Citoyen” lancé en 2017 par la Jeune Chambre Économique Française, prend une nouvelle dimension. Il s'agit d'un outil permettant de détailler les “soft skills” transposables dans l’entreprise ainsi que les acquis à travers des engagements bénévoles. Formaliser dans sa candidature, les expériences extraprofessionnelles et, pour les étudiants, extra-scolaires,  permettront à chacun de se démarquer dans un marché du travail redevenu plus difficile.

Trésorière d’association, animateur de club sportif, gestion de la communication de chorale... ce sont là autant de fonctions associatives qui témoignent d’un engagement associatif différenciateur et qui apportent un plus sur un CV ! La JCE ASA souhaite ainsi mettre en place, en partenariat avec la Mission Locale Antipolis et avant le 11 mai, trois ateliers clés en main pour apprendre aux futurs candidats à rédiger leur CV citoyen. Première cible : les jeunes diplômés de BAC +2 à +5.

Le premier atelier servira de présentation du projet et de guide pour la rédaction du CV citoyen. Ensuite, les candidats travailleront en groupe pour améliorer leurs approches. Enfin, la JCE ASA organisera une simulation d’entretien avec les candidats. Au sujet des recruteurs, l'association ne compte pas oublier les chefs d’entreprise en cette période. Les mesures de confinement ont révélé la fracture numérique ainsi que l’isolement des TPE/PME dont l’activité est significativement impactée.

“Nous souhaitons en premier lieu étudier les principaux besoins d’accompagnement des entreprises sinistrées et les mettre en relation avec les formateurs adéquats", ajoute Julien Von Saenger. "De plus, nous souhaitons organiser un atelier d’intelligence collective avec les volontaires. Le but est d’identifier des moyens d’adapter l’activité pendant cette période ou d’en profiter pour mettre à contribution d’autres compétences habituellement non prioritaires, comme, par exemple, la présence sur Internet !”.

 

Étiquettes

Ajouter un commentaire