Antipolis Innovation Campus lance le concept de "Business-Resort"

Posté jeu 10/07/2003 - 00:00
Par admin

A la tête de la société Antipolis Jean-Luc Nahon (photo Une) a mis en oeuvre dans les anciens locaux de Dow à Sophia, un concept qui mêle les espaces de travail et d’évènements aux lieux de bien-être, de loisirs et de services associés. Présentation sur place dimanche 13 juillet à 17 heures.

Imaginez. Rêvez dans la chaleur de juillet. Votre bureau qui ouvre sur une piscine à débordement. Un petit "plouf" à deux pas des "clics" de votre ordinateur. Besoin de bouger après trois heures de réunion intense ? Le Fitness club est à deux couloirs de votre bureau. Tout comme le restaurant et sa grande terrasse, eux aussi intégrés dans ce complexe de bureaux de nouvelle génération.Inaccessible ce rêve ? Pas du tout. C'est le pari de Jean-Luc Nahon et de sa société Antipolis, qui lancent à Sophia un nouveau concept de "Business-resort", une formule unique qui mixte les espaces de travail et d’évènements avec les lieux de bien-être, de loisirs et de services associés. Ce concept, en cours de mise en oeuvre dans l'ensemble AIC (Antipolis Innovation Campus) au 300 de la route des Crêtes dans la technopole, sera en quelque sorte officiellement lancé le dimanche 13 juillet, à 17 heures, à l'occasion du premier évènement de communication externe du campus.Sophia sera le site piloteCertains verront beaucoup d'utopie derrière ce concept. Jean-Luc Nahon, pourtant, n'a rien ni d'un débutant, ni d'un amateur dans le monde des nouvelles technologies. Depuis Softway, créé en 1983 à San Francisco, il n'a pas quitté ce secteur inscrivant son nom à quelques belles réussites comme ISDnet, revendu en 2000 à Cable & Wireless, Ipergy, société revendue elle aussi ou encore Initiative-IP. Cette dernière société, créée en janvier 2000 pour développer le métier d'accélération de croissance des sociétés technologiques, a travaillé notamment avec l'incubateur pan-européen Gorilla Park et a pu voir les limites de ce modèle tant au niveau du fonctionnement et des services que de celui du financement.C'est toute cette expérience que Jean-Luc Nahon a voulu mettre dans les centres d'innovation Antipolis (la société dispose de foncier également à Calvisson et Marne la Vallée) et dont Sophia sera le site pilote.Un espace, un environnement et des services d'accompagnement"L'Antipolis Innovation Campus est une offre d'environnement. Ce n'est pas que de l'immobilier", note Jean-Luc Nahon. "Il s'agit de créer un environnement propice pour les entreprises d'innovation et de croissance à partir de trois axes : un espace, un environnement et des services d'accompagnement". L'espace ce sont les anciens locaux de Dow : un bâtiment central de 5.000 m2 où se trouve le noyau de l'activité et d'animation et de développement du campus. Y sont déjà ouverts le centre d'affaires et le centre événementiel regroupés sous le nom "A-Venue" ainsi que les services de haut-débits numériques autour de l'offre IP-Bus. Les 7.000 m2 résiduels de droits à construire sur ce terrain de 4 hectares seront réservés en priorité aux activités d'accompagnement à l'innovation et au développement d'entreprises de haute technologie.L'environnement c'est ce regroupement dans un même lieu de bureaux, de salles de travail pouvant être louées à la journée, de services informatiques et d'accès haut débit à l'internet, de salles de réception, d'un restaurant et d'espaces de détente. Quant aux services d'accompagnement, ils ont été conçus en fonction des besoins des jeunes entreprises innovantes. "Celles-ci ont besoin de services marketing, techniques, juridiques, de gestion, de capital-risque, etc. ", note Jean-Luc Nahon. "Il s'agit de services qui coûtent cher quand on s'adresse à des prestataires classiques. Nous les regroupons dans un package de services d'accompagnement. Cette offre physique d'espaces favorables dans lesquels une entreprise peut se développer avec un nombre de services dits d'environnement : c'est le concept même d'AIC."Cicom organisation pour l'animationCe campus de nouvelle génération compte s'appuyer notamment sur les réseaux et en particulier sur ceux qu'a développés Cicom Organisation, la société d'Alain André, ancien directeur du CICA de Sophia Antipolis. Cicom, qui est dans le réseau des CEI (Centres Européens d'Innovation) a ainsi rejoint Antipolis et assure déjà l'animation et la gestion des événements de "fertilisation croisée" d'AIC. Antipolis compte également pousser un concept de "country club" au sein même de son site à travers le WittyClub qui proposera des activités de club sans hébergement les week-ends et les jours fériés.C'est ce projet qui sera donc présenté dimanche. Le planning quant à lui a été fixé. Actuellement 1.000 m2 de bureaux sont occupés, auxquels s'ajoutent 1.000m2 de bureaux loués à la journée, une cafetaria et une terrasse. En septembre-octobre doit s'ouvrir la partie restauration. La troisième phase, qui fait l'objet d'une restructuration plus lourde du bâtiment (fitness, piscine) est prévue pour mai 2004. Restera encore à construire le WittyClub (1.000 à 1.500 m2). Au total, l'investissement se montera à 12 millions d'euros, hors la construction de 6.000 m2 du village d'entreprise, construction qui se fera par paliers à la demande des clients.

Ajouter un commentaire