Avec "Full Metal Energy", Cannes remporte la finale mondiale d'ActInSpace 2021

Full Metal Energy ActinSpace

Un brûleur qui crée de l'énergie par la combustion de fer dans l'oxygène et qui permettra de pallier aux panneaux solaires d'une future base sur la lune pendant la nuit lunaire : c'est le cœur de Full Metal Energy, le projet cannois qui a remporté vendredi la finale Internationale du 4ème hackathon ActInSpace. C'est à Cannes en novembre, sur l'étape azuréenne de ce concours international que le concept a été formalisé au long d'un hackhaton en ligne de 24 heures organisé par la Communauté d'Agglomération Cannes Lérins avec le soutien de Telecom Valley. (Photo DR : l'équipe FME qui a participé à ce concours uniquement en ligne cette année).

Au départ, 3.600 participants de 35 pays réunis en 540 équipes !

Le projet ne partait pas de zéro. Il était tiré des travaux de thèse des cinq étudiants de l'équipe (Axel Meyer, Adeline Andrieu, Driss Laraqui, Grégory Guicheney et Tomasz Wronski), venant du Laboratoire gestion des risques et environnement à Mulhouse. FME avait ainsi remporté l'étape régionale Côte d'Azur en novembre, puis a triomphé dans l'étape nationale voilà quelques jours. Vendredi, l'équipe française aux couleurs de Cannes, se retrouvait en lice avec celles de cinq autres pays (Allemagne, Australie, Argentine, Burkina Faso et Estonie) et remportait la grande finale internationale.

Une victoire d'autant plus belle qu'au départ il y avait du monde! Initié par le CNES (Centre national d'études spatiales), ce concours d'innovation autour des technologies de l'espace à partir des brevets et données satellites des partenaires d'ActInSpace a réuni 3.600 participants d'une soixantaine de villes réparties dans 35 pays et regroupés dans 540 équipes pour relever les  51 challenges proposés.

Sur la lune, le fer brûlerait avec une efficacité énergétique comparable à l'essence

Full Metal Energy se chargeait de relever le défi de production d'énergie à partir des ressources lunaires dans le contexte d'un retour de l'homme sur la lune à l'horizon 2025 avec la construction d'une base. Pour Tomasz Wronski, azuréen de l'équipe, il s'agit, dans une batterie, d'exploiter le fer que l'on peut trouver sur le sol lunaire et l'oxygène. Un brûleur permet de transformer la poussière de fer issue de la chaleur en électricité avec une efficacité énergétique qui s'apparenterait à celle de l'essence sur terre. Et cela sans émission de CO2.

L'équipe française remporte ainsi le prix international ActInSpace : un vol en condition d'apesanteur sur l’Airbus A310 Zero G, qui était revenu en 2018 à l'Australie. Cette victoire a par ailleurs été saluée par David Lisnard. Dans le fief de Thales Alenia Space, le maire n'a pas manqué de rappeler par un tweet que "depuis près d’un siècle, Cannes est au centre de toutes les conquêtes du ciel, puis de l’espace." Satisfaction aussi chez Cannes is up, la branche French Tech cannoise, dont deux des membres (Maxime Cousin d'O'Sol et Stephane Jakubowicz de l'école Simplon Cannes ont participé à l'aventure en tant que coach du projet lauréat.

Étiquettes

Ajouter un commentaire