Baby Bidou et Octalia Technologies, lauréats du prix RDT-PACA 2008

Posté lun 23/06/2008 - 12:25
Par admin

Baby Bidou et Octalia Technologies, lauréats du prix RDT-PACA 2008

Légende photo : de gauche à droite, Marina Do, Michèle Boix et Christian Sarrazin, se sont associés lors du départ d'Allergan de Sophia pour créer leur propre entreprise.

 

Un beau doublé pour les jeunes entreprises innovantes azuréennes mercredi à Marseille lors de la remise du prix RDT-PACA dans les salons du FIDEST au parc Chanot. Parmi les six lauréats, figurent deux entreprises de la Côte d'Azur : Baby Bidou dans la catégorie "produits" (prix remis par Pierre Joubert d'OSEO innovation) et Octalia Technologies dans la catégorie Hubert Curien (prix remis par Pierre Michel, délégué régional DRRT). Les quatre autres lauréats viennent des Bouches-du-Rhône et du var : ATV Entreprise (13) également dans la catégorie "produits), les sociétés Novadem (13), et Nautiscaphe (83) dans la catégorie "Brevet" (prix remis par Marie-Anne Luberne, délégué Régionale de l’INPI Marseille et Martine Clémente, Délégué Régionale de l’INPI à Sophia Antipolis), ProvePharm (13) dans la catégorie Hubert Curien.

 

Distinguer la démarche d'innovation technologique

 

Le prix du RDT a pour objectif de récompenser la démarche d’innovation technologique des petites entreprises et valide la qualité de leurs projets comme une ancre à vis qui vise à remplacer le béton dans l’arrimage subaquatique (Sté Nautiscaphe - Six Fours Les Plages - 83) ou des drones de faible envergure avec une ergonomie inédite pour faciliter son transport et sa mise en œuvre. (Sté Novadem - Meyreuil -13), respectivement premier prix et second prix de la Catégorie Brevet.

 

Ce prix met aussi en évidence l’apport concret et quotidien des conseillers du RDT à des produits comme les premiers nounours MP3 au monde (Sté Baby Bidou) à Opio dans les Alpes Maritimes, premier prix de la Catégorie Produit, un concept de radiateur d’Art écologique entièrement recyclable en fin de vie l’ERGON (Sté ATV Entreprises à Peynier dans le Bouches-du-Rhône), second prix de cette même catégorie.

 

Quant au prix Hubert Curien (fondateur du réseau RDT au niveau national), il récompense les meilleurs résultats pour des partenariats établis entre les universités ou les laboratoires de recherche et des PME-PMI régionales. Exemples cette année avec Provepharm (Marseille 13) qui a reçu le premier prix de cette catégorie pour son procédé de synthèse par voie chimique du Bleu de Méthylène qui fournit le seul Bleu de Méthylène conforme à la pharmacopée européenne. Et également avec le second prix dans cette catégorie qui a été remis à la Sté Octalia Technologies) pour la recherche appliquée de médicaments destinés aux traitements des pathologies oculaires.

 

Baby Bidou : rendre la technologie pour les "grands" accessible aux enfants

 

Ce prix permet également de donner de la visibilité à de jeunes entreprises qui innovent. Créée en juin 2006 par Mike Eftimakis, un spécialiste des communications sans fil venu de Newlogic à Sophia (désormais Wipro), Baby Bidou a pris sa place sur le créneau de la fabrication de jouets high tech et la vente de musique en ligne.

 

"Étant papa de 4 enfants, j’ai eu à subir le son horrible des jouets musicaux présents à la maison… Et en voyant que ma petite dernière était déjà fan de jazz à 6 mois, je me suis demandé pourquoi la technologie pour les «!grands!» n’était pas accessible aux enfants. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un Nounours MP3 et d’un site où les parents pourraient facilement trouver de la musique pour leurs enfants", explique Mike Eftimakis.

 

Octavia Technologies : la revanche des chercheurs

 

Fondé par trois anciens d'Allergan à Sophia, la société Octavia Technologies a de quoi encourager les chercheurs qui se lancent dans l'aventure de la création d'entreprise. Michèle Boix, responsable d'une unité de recherche appliquée (20 ans de "boite"), Marina Do, assistante de recherche (8 ans) et Christian Sarrazin (18 ans), travaillaient alors dans le centre de R&D d'Allergan dans le même service et menaient ensemble des recherches en formulation ophtalmologique. Ils n'auraient sans doute pas sauté le pas si le géant américain Allergan n'avait pas décidé de retirer toute sa R&D de la technopole. Le centre disparaissant, ils ont décidé début 2006 de créer leur propre entreprise dans le cadre du plan social et de prendre un créneau qu'ils connaissaient bien : les solutions techniques d'implants, de micro encapsulation, d'injections non traumatisantes pour permettre de traiter l'arrière de l'œil, domaine de leurs recherche.

 

Ils ont cherché ainsi à apporter leur expertise dans le "Drug delivery" (procédés permettant de bien cibler l'action d'un médicament) à des laboratoires qui travaillent dans l'ophtalmologie. Stratégie payante. En 2006, année de sa création, Octalia Technologies a réalisé un chiffre d’affaires de 92.010 euros. En 2007, ce CA est passé à 245.000 euros et il est prévu aux environs de 320.000 euros en 2008. De quoi faire vivre et innover une jeune société qui depuis a embauché un ingénieur et compte recruter une personne de plus cette année.

 

Lire aussi en documents attachés ci-dessous les portraits des deux entreprises réalisés par RDT avec interviews des fondateurs.

Ajouter un commentaire