Cannes bloque quatre opérations massives de type Airbnb dans son hyper-centre

La mairie de Cannes vient d'annoncer avoir bloqué quatre opérations massives de type Airbnb dans son hypercentre en refusant le "changement de destination". Il s'agit de quatre opérations de transformation d’immeubles d’habitation entiers en meublés de tourisme, immeubles situés dans les rues Marceau, des Belges, Félix Faure, et dans l'avenue Maréchal Joffre. Cannes, ville touristique, n'en affiche pas moins des positions modérées par rapport à la plateforme de location touristique qui lui aura versé 910.000 euros en 2019 au titre de la taxe de séjour. Mais la ville veut éviter les abus.

Cannes que pilote David Lisnard, par ailleurs président du CRT Côte d'Azur, estime que activité de location de meublés de tourisme par des particuliers a des effets positifs. Plusieurs raisons sont avancées : elle répond aux besoins des visiteurs et apporte une offre additionnelle bienvenue lors des grands congrès et festivals, elle contribue à animer des quartiers de la ville moins touristiques. Enfin autre avantage non négligeable : elle permet à des ménages propriétaires de financer l’acquisition et la rénovation de logements.

En revanche, la ville veut combattre les opérations massives commerciales par acquisition d’immeubles, les vidant de leurs habitants, parce que d'une part "elles accentuent la crise du logement" et d'autre part "génèrent une concurrence déloyale vis-à-vis des hôteliers".

Aussi, afin de lutter contre la prolifération des pratiques qui vident des immeubles entiers et de rester dans l’esprit de l’hébergement chez le particulier, en évitant des décisions au cas par cas, sources de contentieux, Cannes compte modifier son P.L.U. (Plan Local d'Urbanisme) en 2020 pour interdire ce type de changements de destination. Et cela plus particulièrement dans les quartiers en tension comme son hypercentre.

Étiquettes