Chômage en France : de bons chiffres…mais contestés

Posté mer 31/01/2007 - 06:20
Par admin

Chômage en France : de bons chiffres…mais contestés

Evoqués dans l'après-midi par le Premier ministre Dominique de Villepin et annoncés hier dans la soirée par le Ministère de l'Emploi, les chiffres du chômage sont bons : baisse de 1% du nombre de chômeurs en décembre (20.300 chômeurs de moins par rapport à novembre et un total 2.092.000 chômeurs de catégorie 1); taux BIT tombé à 8,6% (-0,1 point par rapport à novembre) contre 9,6% à la fin de l'année 2005.

 

Pour le ministre de l'Emploi Jean-Louis Borloo, l'année 2006 est "la meilleure depuis l'an 2000" avec un nombre de chômeurs qui a connu une baisse de 9,9% en données corrigées des variations saisonnières (CVS). Engagée en mars 2005, la baisse du chômage quasi régulière s'est poursuivie en décembre avec 382.000 chômeurs de moins en 22 mois, selon les chiffres présentés.

 

Mais la petite fenêtre du doute, à l'approche de grandes échéances nationales, ne s'est pas refermée. La polémique enfle sur la concordance de ces chiffres avec la réalité du terrain. En deux mots, la façon de comptabiliser le chômage est-elle fiable ? Oui, clame le camp du gouvernement. Il dénonce une "opération politique" et rappelle que la façon de compter en France est la même que celle des grands pays européens.

 

Non, estiment certaines associations et partis politiques qui crient à la manœuvre électorale. Ainsi, le PS dans un communiqué dénonce "la décision, imposée par le ministère de l'économie à la direction de l'INSEE, de reporter au lendemain des prochaines élections la correction des chiffres du chômage publiés par l'ANPE pour l'année 2006". Pour le PS, le taux réel de chômage serait ainsi "de 9,2%, soit le même niveau qu'en avril 2006".

 

Le PS remarque d'autre part que la baisse statistique du chômage est due à la conjonction de "l'explosion des radiations administratives, de l'augmentation massive du nombre de départs à la retraite, et de la multiplication d'emplois précaires à temps très partiel, notamment dans les services à la personne".Et de s'élever contre "l'autosatisfaction" du Premier ministre sur le front de l'emploi, la jugeant "à tous égards injustifiée".

 

Le débat est sans doute loin d'être terminé alors que le problème du chômage se trouve plus que jamais placé au coeur de l'élection présidentielle.

 

Voir les chiffres du chômage sur le site du Ministère de l'Emploi : Le chômage à 8,6% fin décembre 2006, baisse de 10% sur l’ensemble de l’année 2006

 

Ajouter un commentaire