Christophe Barraud : ce qu'a dit l'oracle de l’économie au Monaco Economic Board

Reconnu comme l'un des meilleurs prévisionnistes au monde, Christophe Barraud prévoit une reprise extrêmement marquée de l’activité mondiale avec une croissance supérieure à 6% pour l’année 2021. Une prévision qu'il fonde sur quatre facteurs : le choc des vaccins, l'arrivée de Joe Biden, la relance du "quoi qu'il en coûte" et la politique monétaire ultra accommodante. On y croit.

Christophe Barraud prévisionniste MEB

Dans une période aussi fluctuante que celle que nous traversons, il est bon d'essayer d'y voir plus clair et d'essayer de comprendre comment la situation pourrait évoluer. C'est ce que cherche à faire, au bénéfice de ses adhérents, le Monaco Economic Board qui avait déjà invité Ludovic Subran, chef économiste d'Allianz et de l’assureur-crédit Euler Hermes, en octobre dernier et qui a récidivé cette semaine en invitant Christophe Barraud, désigné meilleur prévisionniste au monde à de nombreuses reprises. Le nec plus ultra des spécialistes, permettant au MEB de frapper un grand coup pour son premier grand évènement "phygital" de l’année.

Les quatre facteurs d'optimisme

Pour les adhérents (150 participants en présentiel et en digital) Christophe Barraud a livré son scénario macroéconomique pour les mois à venir. Sa principale prévision ? Il l'a évoqué d'emblée : une reprise extrêmement marquée de l’activité mondiale avec une croissance supérieure à 6% pour l’année 2021.Cet optimisme peut certes se nuancer suivant les régions du monde. Mais il est étayé, selon le prévisionniste, par quatre facteurs majeurs.

  • Le premier : l’efficacité et l’accélération de la distribution des vaccins contre la Covid-19 ont créé un choc de confiance et la dernière vague de l’épidémie semble sous contrôle dans la grande majorité des économies développées.
  • Le second : l’arrivée de Joe Biden a apaisé les tensions commerciales, notamment avec l’Europe comme le souligne la trêve du contentieux Airbus-Boeing. Il a surtout donné une meilleure visibilité aux acteurs économiques, libérés de la menace de tweets imprévisibles. Dans ce contexte, Christophe Barraud prévoit un accroissement d’environ 10% du commerce mondial de marchandises en volume en 2021.
  • Troisième facteur : le quoi qu'il en coûte mis en place par les gouvernements qui le pouvaient, et qui a eu pour conséquence un excès d’épargne pour de nombreux ménages, excès qui devrait participer à la relance par la reprise de la consommation.
  • Quatrième facteur : l’économiste pointe la politique monétaire ultra accommodante dans les pays développés ; le bilan combiné des banques centrales du G7 a ainsi augmenté de plus de 10 trillions de dollars en l’espace de 15 mois (entre février 2020 et mai 2021).

Les risques relevés

La situation n’est cependant pas sans risques. Le prévisonniste relève, entre autres menaces, la présence de variants susceptibles de changer la donne sanitaire, le risque d'explosions sociales - l’histoire nous apprend que la sortie de pandémie s’est toujours accompagnée par une augmentation des inégalités -, ou encore la surchauffe qui menace l’immobilier aux États Unis.

Christophe Barraud : le prévisionniste préféré de Bloomberg

Rien évidemment n'est jamais écrit. Mais, à partir des données économiques actuelles, son analyse est cohérente et a été appréciée par les membres du MEB. Il faut dire aussi que dans ce domaine particulièrement difficile de la prévision économique, Christophe Barraud est une star. A seulement 34 ans, il est le chef économiste et stratégiste de Market Securities, un acteur important et indépendant de la finance basé à Londres et présent dans de nombreuses places à travers le monde. Plus encore, il truste la place de meilleur prévisionniste au monde selon Bloomberg pour les statistiques des Etats-Unis depuis 2012 et a obtenu la même distinction à de nombreuses reprises pour la Chine et la zone Euro. De quoi donner de la crédibilité à son analyse.

Étiquettes

Ajouter un commentaire