Communauté d'agglomération : sérieux coup de frein à l'élargissement de la CAPAP

Posté lun 20/09/2004 - 00:00
Par admin

Les élus de la C.A. Pôle Azur Provence ont voté contre l'entrée de Peymeinade. En arrière-plan, l'élargissement discuté avant l'été aux communes du Cannet, Mandelieu et Mougins. Jean-Pierre Leleux, président de la CAPAP (photo Une), ne cache pas son amertume.

La Communauté d'Agglomération Pôle Azur Provence (CAPAP) bâtie autour de Grasse va-t-elle réussir son élargissement ? Il est possible d'en douter aujourd'hui. Au début de l'été, déjà, le débat avait fait rage autour de l'adhésion de quatre nouvelles communes candidates (Le Cannet, Mandelieu-la Napoule, Mougins et Peymeinade) dans ce regroupement de cinq communes (Auribeau, Grasse, La Roquette-sur-Siagne, Mouans Sartoux, Pegomas). A tel point que la délibération permettant de passer aux votes pour ou contre ces adhésions avait été reportée à la rentrée de septembre.Au vu des oppositions au sein même de la CAPAP, c'est l'adhésion de la seule commune de Peymeinade qui était aussi proposée vendredi soir aux élus de la communauté. Mais entre les divisions internes de la CAPAP, les craintes, les suspicions et une délibération mainte fois remaniée (la dernière version ayant encore changé quelques heures avant la réunion) c'est finalement le non qui l'a emporté par 12 voix contre l'entrée de Peymeinade, 11 voix pour et une abstention.Certains élus notamment craignaient que Peymeinade ne serve de cheval de Troie pour l'entrée des grosses communes proches ou sur le littoral. En jeu également dans ce débat, la position de Cannes qui, si Le Cannet, Mandelieu et Mougins regagnaient la CAPAP se retrouverait isolé et n'aurait plus que le choix de joindre aussi cette communauté. Fervent partisan de l'ouverture de la CAPAP, Jean-Pierre Leleux, maire de Grasse et président de la communauté, n'a pas caché son amertume au sortir d'une réunion qui ouvre grand la porte de la désunion…

Ajouter un commentaire