Conseil général : Marius Papi (PC) explique pourquoi il refuse l'hommage à Napoléon III

Posté sam 01/12/2007 - 14:35
Par admin

Pas d'hommage à Napoléon III. Le groupe communiste au Conseil général, présidé par Marius Papi, maire de Gattières, ne participera pas à la délégation azuréenne qui se rendra en Angleterre pour rendre hommage au dernier empereur français. Marius Papi s'en explique dans une déclaration qui fait appel à la fois à Garibaldi, que le dernier colloque franco italien a honoré, et à Victor Hugo, le grand écrivain français qui avait surnommé Napoléon III, "Napoléon le petit". Voici la déclaration de Marius Papi qui fait souffler le vent de l'Histoire.

 

Le texte de la déclaration

 

"Les hommages en disent plus long sur ceux qui les rendent que sur ceux qui les reçoivent !"

 

"Une délibération lors de la dernière Commission Permanente du Conseil Général avait pour objet la proposition du Président Christian ESTROSI de prise en charge du voyage d’une délégation du Conseil Général en Angleterre qu’il conduira personnellement afin de rendre hommage à NAPOLEON III.

 

A part le climat très « impérial » que vit notre pays ces derniers mois, nous ne voyons pas, au groupe communiste, quelles peuvent être les raisons d’une aussi soudaine flambée de révérence.

 

Certes le rattachement du Comté de Nice à la France s’est réalisé sous son égide, mais rendre hommage à un personnage historique aussi controversé mérite à notre égard quelques observations :

Tout d’abord préciser que le département des Alpes-Maritimes ne se limitant pas à l’ancien Comté de Nice, nous ne voyons pas l’intérêt d’en rappeler les anciennes fractures.

Puis s’agissant plus précisément de Nice, nous avons eu l’occasion de nous associer, sans toutefois en être ni les initiateurs ni le moteur, à la célébration du bicentenaire de la naissance d’un grand citoyen de Nice et du monde, Giuseppe GARIBALDI qui a su porter haut et par le monde des valeurs qui sont celles de la Révolution et de la République. Ce même GARIBALDI qui déclarait précisément en février 1871, parlant de ceux qui dirigeaient la France d’alors, dont NAPOLEON III : "Les hommes qui ont préparé la grande révolution française, à qui le monde doit l’immortelle Déclaration des Droits de l’Homme, les Voltaire, les Diderot, les d’Alembert et toute une pléiade de géants, rougiront certainement d’avoir pour successeurs les tristes pygmées qui font aujourd’hui le malheur de l’humanité".

 

Cet empereur dont le grand VICTOR HUGO a dit :

« Il ne sera jamais que l'étrangleur nocturne de la liberté; » « Il ne sera jamais que le tyran pygmée d'un grand peuple. L’acabit de l'individu se refuse de fond en comble à la grandeur, même dans l'infamie. Dictateur, il est bouffon; qu'il se fasse empereur, il sera grotesque. Ceci l'achèvera. Faire hausser les épaules au genre humain, ce sera sa destinée. Sera-t-il moins rudement corrigé pour cela? Point. Le dédain n'ôte rien à la colère; il sera hideux, et il restera ridicule. Voilà tout. »

 

Chacun pourra, s’il le souhaite, en faire une lecture plus actuelle, mais quand on présente de telles références, au-delà des controverses historiques habituelles, nous ne saurions souscrire à cet hommage. Voilà pourquoi nous avons tenu à marquer notre total désaccord en votant contre cette délibération et en refusant d’intégrer cette délégation."

Ajouter un commentaire