Coronavirus : lueurs d'espoir en France, drame à Mougins

Comme en Italie et en Espagne, des lueurs d'espoir en France avec un nombre de décès quotidien toujours élevé mais en diminution (357 dimanche) et surtout une diminution des nouvelles entrées en réanimation (390 contre un pic de 729 jeudi). Dans les Alpes-Maritimes, c'est le drame de l'Ehpad de Mougins qui atterre avec 31 décès dans ce seul établissement, chiffre qui se rapproche du total pour l'ensemble des Alpes-Maritimes.

Ehpad de Mougins

Quelques lueurs d'espoir pour la France en plein dans le tunnel du coronavirus. Elles sont relevées avec prudence aujourd'hui, tandis qu'à Mougins, deux nouvelles victimes se sont ajoutées dans le drame de l'Ehpad La Riviera avec un nombre de décès qui est monté à 31 pour ce seul établissement. En France, comme cela été enregistré en Italie et en Espagne, des lueurs d'espoir ont été apportées hier soir par la DGS (Direction générale de la Santé). Certes, le bilan du jour reste encore effroyable. Mais avec 357 morts supplémentaires au cours des dernières 24 heures, il fait état d'une baisse du nombre quotidien de décès (il était monté à près de 500 !).

Surtout avec 390 nouvelles entrées pour un total 6.978 patients en réanimation, le bilan témoigne d'un ralentissement des nouveaux cas graves par rapport aux jours précédents particulièrement éprouvants pour les hôpitaux (+ 502 samedi, + 641 vendredi, et + 729 jeudi). L'effet du confinement. Le bilan n'en est pas moins effroyable : depuis le début de la crise sanitaire 5.889 décès ont été enregistrés en hôpital auxquels s'ajoutent 2.189 décès dans les Ehpad et autres établissements médicaux-sociaux (un décompte encore partiel, tandis que la "surmortalité" en ville due au coronavirus n'a pas encore été chiffrée).

Dans les Alpes-Maritimes on recense un total de 43 morts (+ 5 dans les dernières 24 heures) dans les hôpitaux depuis le début de l'épidémie, auxquels il faut ajouter les 31 décès (+ 2 dimanche) relevés dans l'Ehpad de Mougins La Riviera du groupe Korian. Sont actuellement hospitalisées 219 personnes dont 78 en réanimation. (Photo DR : l'Ehpad La Riviera à Mougins où deux nouveaux décès ont été enregistrés hier, ce qui porte le bilan à 31 morts dans ce seul établissement, bilan qui approche celui de la totalité des Alpes-Maritimes avec 43 décès en hôpital).

Dans le monde, l'épidémie continue de flamber tout particulièrement aux Etats-Unis qui vivent un véritable "Pearl Harbour" du 21ème siècle avec 337.646 cas et 9.648 décès. Elle monte en flèche également en Grande-Bretagne (48.440 cas et 4.934 décès) où la Reine, hier, a appelé au courage et à la résistance de la population, tandis que le premier Ministre Boris Johnson, confirmé positif il y a quelques jours, était hospitalisé pour une fièvre persistante.

Dans le monde, le million de personnes infectées a été dépassé en fin de semaine dernière et on atteint aujourd'hui près de 1,3 millions de personnes tandis que le nombre de décès passera la barre des 70.000 aujourd'hui. La machine infernale !

Le président du Département demande un dépistage des résidents et personnels des Ehpad

Président du Département, Charles-Ange Ginésy a écrit à Olivier Véran, ministre de la Santé ,pour attirer son attention sur la situation dramatique de l’Ehpad La Riviera de Mougins, géré par le groupe privé Korian. "Par deux fois les 24 et 26 mars derniers, j’ai demandé au Directeur Général de l’ARS PACA d’engager un dépistage systématique des résidents et des personnels des Ehpad". Il m’a été rappelé la procédure définie par votre ministère, sans pour autant que des actions déterminées et préventives aient été engagées à Mougins, pour enrayer la dramatique trajectoire alors naissante et qui devrait s’approfondir au regard du nombre de cas avérés pour 64 résidents au 2 avril 2020."

Rappelant que d'autres Ehpad des Alpes-Maritimes comportent des cas avérés de Covid-19, le président du Département estime qu'il est impératif et urgent d'engager sans attendre le dépistage des résidents et des personnels au moyen de test sérologique.

Et de conclure : "le gouvernement ne doit pas, avec les tests sérologiques, avoir la même politique coupable qu’avec les masques au début de cette crise."