Covid-19 : UCA ouvre une plateforme collaborative pour aider les médecins généralistes

David Darmon, UCA

Les médecins généralistes se trouvent en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Mais, alors que le recours aux tests n'est pas toujours immédiatement possible, il leur est parfois difficile de détecter à coup sûr les cas d'infection. C'est à cette difficulté de diagnostic que s'est attaquée Université Côte d'Azur. Avec le soutien de la Direction des Systèmes d’Information, son département d’enseignement et de recherche en médecine générale a mis en place une plateforme pour aider les médecins généralistes à diagnostiquer leur patients atteints de coronavirus. Cette plateforme est alimentée au fur et à mesure par les médecins qui peuvent ainsi faire remonter certains symptômes nouveaux. (Photo DR : David Darmon, directeur département d’enseignement et de recherche en médecine générale à la faculté de médecine de Nice).

"Les tests systématiques n’étant pas possible, cela permet aux médecins de diagnostiquer plus précisément les patients qui se présentent à eux avec des symptômes du Covid 19", explique David Darmon, Vice-Président politique de santé à Université Côte d’azur et Directeur du département d’enseignement et de recherche en médecine générale à la faculté de médecine de Nice. "Dans la plateforme, les médecins peuvent renseigner des informations d’ordre clinique mais également en lien avec la situation sanitaire du patient".

Cette initiative répond ainsi à deux problèmes que rencontrent aujourd'hui les praticiens dans la lutte contre le coronavirus : le peu d'informations disponibles sur la maladie et la difficulté d'établir un diagnostic fiable en l'absence de test. Les contributions à la plateforme doivent aussi permettre à l’équipe du département de médecine générale de mieux cerner le virus et ainsi découvrir des symptômes de la maladie autre que la toux ou la fièvre. "Par exemple, dans les autres symptômes du Covid-19, on peut retrouver la perte de goût ou d’odorat avant même l’apparition de la toux ou de la fièvre", précise David Darmon.

Ces contributions permettront également d'assurer une veille épidémiologique de ce virus qu’on connaît mal et de disposer de critères objectifs (données de pathologies associées, symptômes précoces, signes à risques) étayés par des centaines de consultations. La plateforme a commencé à fonctionner avec les médecins généralistes qui exercent sur Nice. Opérationnelle en plein depuis cette fin de semaine, elle a vocation à être étendue au niveau national afin d’aider les médecins qui sont au contact quotidien avec des malades en leur apportant un précieux retour collectif de terrain.

Étiquettes

Ajouter un commentaire