David Lisnard-Olivier Véran : polémique sur la vaccination aux plus de 50 ans

Colère d'Olivier Véran : "la vaccination des 50 ans et plus sans comorbidité ne se fera pas à Cannes". Réponse du maire de Cannes : les personnes éligibles à la vaccination ont déjà été vaccinées et les doses qui seront reçues en avril dépasseront les besoins du public prioritaire. D'où l'ouverture des prises de rendez-vous aux plus de 50 ans pour des vaccinations qui ne commenceront que la semaine prochaine. A Antibes, Jean Leonetti a annoncé qu'il ferait de même.

Vaccin flacon seringue

Passe d'armes entre Olivier Véran, ministre de la Santé, et David Lisnard, maire de Cannes et porte-parole de l'association des Maires de France autour d'un élargissement de la vaccination aux plus de 50 ans sans comorbidité. Dans un communiqué publié hier après-midi, le maire de Cannes avait en effet annoncé qu'il ouvrait la vaccination à compter d'hier, jeudi 25 mars, aux plus de 50 ans, sans notion de comorbidité était-il précisé.

Réponse cinglante hier en soirée du ministre de la Santé qui n'a pas apprécié que cette décision ait été prise de plus "sans alerter ni l'ARS, ni le préfet, ni même les soignants mobilisés pour vacciner". Et d'ajouter sèchement que "la vaccination des 50 ans et plus sans comorbidité ne se fera pas à Cannes". Elle ne se fera pas "tant qu'elle n'aura pas été décidée au niveau national pour toute la population et donc pas tant que nous n'aurons pas protégé la totalité des personnes fragiles et vulnérables."

La réponse du maire de Cannes a suivi, un peu plus tard dans la soirée. En deux mots, il s'agit de répondre à l'injonction du président de la République de vacciner "matin, midi et soir" et d'utiliser de la façon la plus optimale toutes les doses reçues. Cannes ayant des perspectives de dotations qui dépassent les besoins des personnes actuellement éligibles à la vaccination, il est bon, pour ne pas perdre de temps dans cette course contre la montre entre vaccin et troisième vague, d'assurer déjà des prises de rendez-vous pour des tranches d'âge et des personnes qui ne sont pas encore forcément éligibles à la vaccination sur le plan national.

C'est ce que Cannes a entrepris de faire à partir d'hier avec l'ouverture des prises de rendez-vous pour les plus de 50 ans sans la moindre comorbidité. Les premières vaccinations pour cette tranche d'âge ne devraient commencer qu'au début de la semaine prochaine. Si toutefois la polémique ne s'envenime pas.

A noter également que ce matin, sur France Bleu, Jean Leonetti, maire d'Antibes, a annoncé que les volontaires de 75 ans ayant été désormais vaccinés, la ville allait également descendre la barre aux plus de 50 ans. Un nouveau front...

David Lisnard : surpris que le ministre de la Santé déjuge le président de la République

Le maire de Cannes a répondu au ministre de la Santé dans un communiqué. Voici sa réponse.

"À Cannes, toutes les personnes de plus de 75 ans ayant souhaité être vaccinées ont déjà reçu au moins une première dose, soit 9000 sur les 12 000 que compte la ville (3400 ayant reçu deux injections et 5600 avec un deuxième rendez-vous programmé).

C’est aussi le cas de toutes les personnes présentant des comorbidités ainsi que le personnel soignant.

Par ailleurs, 97% des résidents en EHPAD publics ont également été vaccinés alors que la moyenne nationale est de 71%

Enfin, toutes les personnes de 65 à 74 ans pré-inscrites sur la plateforme municipale se sont vues proposer un rendez-vous. La vaccination de ce public est en cours.

Sur la période du 9 au 27 avril, nous disposerons de 4000 doses de vaccin pour une première injection (Pfizer et Moderna) qui dépasseront les besoins du public prioritaire déjà pris en compte.

Par conséquent, pour ne pas perdre ces doses, nous avons décidé de programmer d’ores et déjà les rendez-vous pour les tranches d’âge inférieures.

Nous avons déjà perdu assez de temps. Je regrette cette attaque polémique et injuste du Ministre de la santé. De notre côté, nous voulons contribuer à gagner cette « course contre la montre » et nous ne nous laisserons pas ralentir.

Nous appliquons la doctrine de l’État. Tous les Cannois de plus de 75 ans volontaires ont déjà reçu une première dose et les deuxièmes doses ont été sanctuarisées.

Évidemment, toutes les personnes de ces tranches d’âge qui ne voulaient pas et voudraient maintenant se faire vacciner le pourront.

Nous avons donc ouvert la prise de rendez-vous pour les plus de 50 ans, y compris sans signe de comorbidité, car nous avons enfin de la visibilité en termes de dotations.

Si nous sommes en capacité de le faire aujourd’hui, c’est parce que nos vaccinodromes sont opérationnels depuis le 4 janvier, quand le gouvernement prétendait qu’ils n’étaient pas utiles, et que nous mobilisons en nombre le personnel municipal en lieu et place de l’État.

Je ne vois pas ce que l’on peut me reprocher hormis de répondre à l’injonction du Président de la République qui martèle qu’il faut vacciner « matin, midi et soir ». C’est le cas à Cannes où l’on vaccine effectivement du matin au soir.

Alors que nous avons respecté scrupuleusement toutes les directives et tous les critères de vaccination, que nous sommes très rigoureux dans l’affectation des doses, que bien évidemment l’ARS et la préfecture sont au courant, cette critique est incompréhensible et je suis surpris que Monsieur Véran déjuge ainsi le Président de la République."

Étiquettes

Ajouter un commentaire