EasyJet : porte ouverte à quatre Nice-Paris Orly quotidiens !

Posté lun 31/03/2003 - 00:00
Par admin

Le COHOR, chargé de la gestion des créneaux horaires en France, a redistribué les "slots" (créneaux horaires) laissés vacants sur Orly par Air Liberté. La "low cost" britannique reçoit 7.300 slots dont 2.920 pour Nice. Ce qui lui autorise quatre Nice-Orly par jour.

EasyJet va pouvoir arriver sur le Nice-Paris Orly. Ce qu'elle avait manqué de peu l'an dernier, se contentant de liaisons quotidiennes sur Nice-Paris CDG. Cette fois, le COHOR, l'association chargée de la gestion des créneaux horaires en France, lui a ouvert la porte à travers la redistribution des "slots" utilisés par Air Liberté, slots inutilisés depuis la liquidation de la seconde compagnie française. Ainsi, au début de la saison aéronautique d'été 2003, hier dimanche 30 mars, le COHOR a procédé à la répartition des 44.528 créneaux d'horaires annuels d'Air Lib à Orly. Une redistribution dans laquelle EasyJet pour Nice, Aéris pour le sud-ouest (Perpignan, Lourdes-Tarbes, Toulouse) et Virgin Express pour Bordeaux, Toulon et Rome se sont taillés la part du lion.easyJet sur Nice, mais aussi Marseille, Barcelone et MilanLa "low cost" britannique, qui vient de migrer sur le Terminal 2 de l'aéroport international Nice Côte d'Azur, obtient ainsi 2.920 slots pour Nice (1.460 au titre des "nouveaux entrants" et 1.460 au titre des autres demandes), ce qui correspond à quatre liaisons quotidiennes. La compagnie easyJet obtient au total 7.300 slots, les autres "slots" lui étant attribué pour un Orly Milan, un Barcelone et deux Marseille quotidiens. A partir d'aujourd'hui, easyJet pourrait donc théoriquement ouvrir son Nice-Paris Orly (la compagnie pour l'instant n'a pas encore fait d'annonce, ni commenté cette attribution).Sur son site, le COHOR précise les modalités de cette redistribution des dépouilles d'Air Lib. D'abord, l'Etat "a confirmé sa volonté de réserver 20% des créneaux libérés par Air Lib sur l'aéroport, soit 8906 créneaux par an pour doter des dessertes d'aménagement du territoire, notamment vers la Corse et les départements d'outre-mer". Pour se partager les 35.658 créneaux disponibles, 251.000 créneaux horaires avaient été demandés sur une base annuelle à la date limite du 18 mars 2003 par 43 transporteurs aériens dont 28 n'ayant pas d'exploitation sur l'aéroport d'Orly.Nice-Orly : le compte est loin d'y êtreCOHOR explique qu'il a ainsi distribué en application du règlement communautaire, 35.658 créneaux horaires annuels répartis en 17.832 créneaux pour les demandes bénéficiant du statut de nouvel arrivant et 17.826 créneaux horaires pour les autres demandes."Les critères de priorité retenus par COHOR pour cette distribution ont notamment été les suivants : 1/ dans la mesure où des demandes existaient, permettre la reprise pérenne de dessertes précédemment effectuées par Air Lib seule (Tarbes-Lourdes, Perpignan) 2/ permettre la poursuite pérenne de dessertes qui étaient réalisées par d'autres transporteurs en utilisant les créneaux horaires d'Air Lib dans le cadre d'un accord de partage de codes (Nîmes) 3/ rétablir un certain niveau de concurrence sur des routes à fort trafic (Nice, Toulouse, Italie et Algérie). Il est important de noter que la réduction significative du pool disponible ainsi que la contrainte de son partage ne permettent pas de restaurer le niveau de concurrence antérieur".Si l'on s'en tient à Nice-Orly, comme le signale d'avance le COHOR, le compte est loin d'y être. Air Lib Express exploitait 11 liaisons quotidiennes sur Orly. Aussi, en dépit de ce ballon d'oxygène donné à la concurrence, la situation risque donc toujours d'être tendue sur Nice-Orly, l'une des premières lignes européennes en terme de trafic (2.257.000 passagers en 2002).

Ajouter un commentaire