Emploi des cadres : le coup de frein de 2009

Posté mer 18/02/2009 - 07:20
Par admin

Emploi des cadres : le coup de frein de 2009

Dans la conjoncture actuelle, difficile de penser qu'il en soit autrement : le marché de l'emploi des cadres, qui a bien tenu en 2008, est désormais lui aussi rattrapé par la crise. Ce retournement de tendance pour les cadres, dans un marché général de l'emploi qui est entré dans la tourmente au dernier trimestre 2008, est mis en lumière par l'étude que l'APEC (Association pour l'emploi des cadres) a publiée en fin de semaine dernière.

 

Au niveau national, le taux d'emploi des cadres a cependant continué d'augmenter en 2008. L'effectif total a progressé de 2%, permettant au taux de chômage de rester à un niveau historiquement très bas (3,3% fin 2008 contre 3,7% en 2007 et 4% en PACA). Mais ce taux d'emploi devrait chuter en 2009 avec une prévision de quasi stagnation jusqu'en 2012. Une tendance qui se retrouve inévitablement au niveau régional, ainsi que le montrent les résultats du "Panel Apec Entreprises" au niveau de la PACA, qu'a présentés Bruno Jonchier, responsable du Centre Apec de Nice (voir ci-dessous le document attaché).

 

PACA : les fonctions R&D et Informatique ont tenu le choc en 2008

 

"Malgré le retournement conjoncturel et l’entrée en récession, l’année 2008 a été marquée par une nouvelle croissance de l’emploi cadre en France", note Bruno Jonchier. "L’effectif total augmente de 2%. En 2007, il y avait en France 3.120.000 cadres. En 2008, nous sommes à 3.182.400 cadres, soit 62.400 cadres en plus. Les créations d’emploi l’emportent sur les destructions. Environ 200.000 cadres ont été recrutés en France dont 10.530 en PACA. Dans la région, le moteur de cette dynamique est à rechercher du côté de la fonction Recherche et Développement, mais aussi de la fonction Informatique. A la différence de ce qui s’est passé en 2001-2003, la première connaît une forte progression et la seconde ne s’effondre pas."

 

Toutefois, si l'on y regarde d'un peu plus près, l'année 2008 n'a pas été un long fleuve tranquille. Pas plus pour les cadres que pour les autres catégories de salariés. L’année 2008 est faite de deux périodes très contrastées (ce contraste étant visible dans l’évolution mensuelle du volume des offres et dans les baromètres trimestriels de l'APEC). "Les huit premiers mois ont été marqués par un fort développement de l’emploi cadre (les offres diffusées par l’APEC au premier semestre ont augmenté de 50%, notamment sur le 06 et le 83), constate Bruno Jonchier. "Les quatre derniers mois ont enregistré un tassement significatif (de septembre à décembre, nous sommes passés à 41% d’offres diffusées en moins par rapport à la même période 2007). La situation des entreprises s’est rapidement dégradée à compter du mois de septembre, la position des recruteurs passant d’un franc optimisme à un arrêt progressif des recrutements, notamment dans les activités informatiques."

 

Emploi des cadres : les projections Apec à 5 ans

 

"Un coup d'arrêt brutal et une tendance sur laquelle nous restons encore aujourd'hui. En septembre, nous avions une augmentation des offres d'emploi de 20% sur 2009. Nous sommes vraiment en dessous actuellement avec une diffusion d'offres de recrutement en chute libre. Après la période faste des années 2005-2008, l’année 2009 va connaître un ralentissement des recrutements cadres même si, contre tout attente, le marché de l’emploi cadre va plutôt résister. Dans notre enquête annuelle "Panel" auprès des recruteurs, les entreprises prévoient de recruter de 164 000 à 180 000 cadres en 2009. Soit une baisse comprise entre -10% et -18% par rapport à 2008."

 

En parallèle du Panel, l’APEC a réalisé une étude portant sur les prévisions de recrutements de cadres à 5 ans en s'appuyant sur les prévisions de croissance de la Commission européenne. Une étude qui met notamment en lumière le lien fort entre évolutions du marché de l’emploi cadre et investissements des entreprises. "Selon ce scénario", explique le responsable de l'Apec Nice, "on assisterait en 2009 à une chute des recrutements de cadres au niveau de la fourchette basse des prévisions des entreprises soit 164.000 recrutements (2 fois plus qu’en 1990). Puis 2010-2011-2012 correspondrait à une période de quasi-stagnation des recrutements, avec des niveaux proches de ceux enregistrés en 2002 (après l’éclatement de la "bulle internet"), soit 145.000 recrutements. La reprise vigoureuse n’interviendrait qu’en 2013, année où l’on pourrait enregistrer environ 190.000 recrutements de cadres."

 

La dynamique de création d'emploi cadres n'est pas cassée

 

Pas de pessimisme à outrance cependant. Pour Bruno Jonchier, "si la récession bien sûr vient freiner la croissance de l’emploi cadres, on observe que les prévisions les plus pessimistes de l’Insee font apparaître un niveau de chômage pour 2009-2010 qui demeure inférieur à celui enregistré dans les années passées. Il est également probable que la démographie joue un rôle d’amortisseur de la crise (moins d’arrivée de jeunes sur le marché du travail et davantage de départs en retraite)".

 

"Par conséquent on peut dire que même en période de récession, il y a une dynamique de création d’emploi cadres. Des entreprises peuvent être amenées à détruire des emplois. On le voit bien avec tous les PSE recensés. Mais au même moment par le jeu des investissements, les entreprises en créent d’autres. La destruction d’emplois ne signifie pas mécaniquement l’appauvrissement d’une région, car les entreprises pour sortir gagnante de la crise sont obligées d’investir, ce qui favorise à terme la création d’emploi. En ce sens l'exemple d'Amadeus à Sophia est parlant".

 

Le plus préoccupant : l'allongement de la durée du chômage

 

"Concernant le chômage des cadres, ce qui est préoccupant aujourd’hui, c’est moins une explosion que l’allongement de la durée du chômage. On a constaté là encore à partir de septembre 2008, une baisse du taux de retour à l’emploi à 6 mois. On est passé de 54% au niveau national, 51% pour les Alpes-Maritimes et le Var, à 42% au niveau national et 39% au niveau local. Il est probable qu’en raison de l’optimisme des recruteurs et de la résistance des investissements on n’assistera pas à une explosion du chômage des cadres (le taux de chômage resterait inférieur à 5%). On assistera plutôt à une progression du chômage de longue durée", estime le responsable de l'Apec.

 

"C’est pour cette raison que l’APEC, dont les clients sont à la fois les cadres et les entreprises, met l’accent sur la mise en relation en organisant des salons, en offrant aux entreprises des solutions en matière de sourcing. Pour autant, si on observe une plus grande difficulté pour les cadres chômeurs à retrouver une activité, il n’y a pas de communes mesures entre la situation des cadres et celles des salariés à ce jour (3,3% de chômeurs cadres au 31 décembre 2008 contre 7,6%)."

 

+ d'infos

www.apec.fr

 

 

Ajouter un commentaire