Forum des Pôles de Compétitivité : l'Europe des clusters à Sophia

Posté mer 12/11/2008 - 05:55
Par admin

Forum des Pôles de Compétitivité : l'Europe des clusters à Sophia

Pour l'Union Européenne, le moteur du développement économique et de l'innovation ce sont les clusters. Elle a fait le depuis trois ou quatre ans le pari des clusters, ces regroupements régionaux d'industries, de recherche et de services situés en un même lieu. Sous le thème "Towards world class clusters in Europe", c'est aussi, la politique industrielle de l'Europe qui se discutera jeudi 13 et vendredi 14 novembre au CICA de Sophia Antipolis à l'occasion du 4ème Forum annuel des Pôles de Compétitivité.

 

Un débat sur la meilleure politique européenne des clusters et de l'innovation

 

Organisée dans le cadre de la Présidence Française de l’Union Européenne, cette édition 2008 a pour objectif de débattre de la meilleure politique européenne des clusters et de l’innovation. De très nombreux dirigeants de pôles de compétitivité et de clusters y confronteront leurs expériences avec les responsables des politiques d’innovation de France et de l’étranger. Des délégations provenant de la quasi-totalité des pays membres de l’Union européenne y seront accueillies tandis que les grands pays industriels ou émergents tels que le Japon et la Chine seront présents. La première assemblée de l’European Cluster Alliance clôturera cet événement.

 

La Commission européenne sera représentée notamment par Günter Verheugen, Vice- président chargé des entreprises et de l’industrie. Il précisera la vision de la Commission sur les clusters européens dans la compétition mondiale et la politique qu’elle propose. Les clusters tiennent aujourd'hui une place importante dans l’économie de l'Europe. On en a recensé environ 2.000 significatifs, et il est estimé que 38 % de la main-d'oeuvre européenne est employée par des entreprises membres de ces clusters.

 

En France, les clusters sont présents sous la forme de "pôles de compétitivité". C’est en 2005 qu’ont été créés les premiers pôles. Cette initiative de politique industrielle visait à faire travailler en réseau et sur un territoire donné des entreprises, grandes et petites, des organismes de recherche et des universités. Pour l’instant, le bilan du dispositif est largement positif puisque l’évaluation des 71 pôles publiée en juin dernier a montré que 82% des pôles avaient atteint leurs objectifs à l’issue d’une première phase de trois ans. Les entreprises se sont donc appropriées le concept et les projets de R&D collaboratifs se sont multipliés. Aujourd’hui, les pôles de compétitivité entament une phase de maturation pour laquelle le management des pôles va jouer un rôle capital.

 

Le management des pôles, un enjeu majeur

 

D’ici juin 2009, tous les pôles devront avoir signé avec l’Etat et les collectivités territoriales impliquées des "contrats de performance" précisant les objectifs à atteindre au bout de trois ans. Ce qui va impliquer pour les gouvernances des pôles de définir une véritable stratégie de marché. Ce formalisme permettra aux pôles de faire converger plusieurs parties prenantes et de clarifier leur offre en quelques mois. En retour ils auront une visibilité sur les soutiens financiers dédiés à l’animation de leur pôle sur les trois ans.

 

Ce sujet sera débattu au Forum lors de la session sur la professionnalisation du management des clusters. La Commission européenne dans sa communication du 17 octobre 2008 intitulée "Vers des clusters de classe mondiale dans l'Union européenne : mise en œuvre d'une stratégie d'innovation élargie" souligne d’ailleurs que "la gestion des clusters devrait donc être reconnue comme une nouvelle qualification professionnelle qui requiert des normes de qualité et un professionnalisme de haut niveau, afin de fournir efficacement les services dont ont besoin les entreprises et les institutions travaillant ensemble et d'exploiter pleinement les avantages des relations entre les sphères universitaire, industrielle et publique."

 

Un large éventail de clusters au Forum

 

D’autres thèmes importants seront abordés lors du Forum à Sophia Antipolis. Il y a bien sûr celui du financement public et privé des clusters mais également la problématique du développement à l’international des clusters ou encore celle de leurs besoins en nouveaux talents. Tous ces débats s’appuieront sur les témoignages de pôles ou de clusters venant d’horizons variés. En voici quelques-uns.

 

Pôle MIPI (France) : basé à Metz, ce pôle de compétitivité a pour but de servir les entreprises lorraines par le développement technologique. Il se définit comme "un réseau au service de la recherche en Matériaux Innovants pour Produits Intelligents du futur". Les marchés cibles, au nombre de 9, vont de l’automobile aux emballages. Le Pôle MIPI fonde son effort de recherche sur 5 centres de recherche privés et sur 27 laboratoires de recherche publics, appartenant aux Universités de Metz et de Nancy et à des écoles d'ingénieurs comme l'Ensam ou Supélec. Des résultats ont été obtenus avec plus de 75 M€ de projets de développement technologique en action, et la création d’une véritable dynamique collaborative industrie/recherche.

 

Torino Wireless (Italie) : créée en 2002, cette fondation regroupe des entreprises comme Fiat, STMicroelectronics, Telecom Italia, des banques comme UniCredit, l’Université de Turin et la région Piémont. Sa mission est de soutenir le développement technologique du territoire. Elle propose même un service de gestion des brevets. Torino Wireless espère que d’ici 2012, elle aura permis de créer 50 entreprises dans le domaine des technologies de l’information et de tripler le nombre de chercheurs dans ce domaine.

 

Point-One (Pays-Bas) : ce cluster a été lancé en 2006 avec l’ambition d’aider l’industrie néerlandaise à exploiter le potentiel des nanotechnologies notamment dans les systèmes électroniques. On retrouve dans l’organisation plus de 150 membres, des entreprises (NXP, Océ, Philips, etc.), mais aussi des centres de recherche comme TNO. La Phase 2 vient de commencer et elle prévoit des partenariats publics-privés pour un montant de 1500 millions d’euros entre 2008 et 2013.

 

Medicon Valley Alliance (Suède, Danemark) : ce cluster fait figure de précurseur puisqu’il a été initié en 1997 par les universités de Lund (Suède) et de Copenhague (Danemark), avec l’appui des grandes entreprises pharmaceutiques locales (Novo Nordisk, Lundbeck, Astra-Zeneca). A ce jour, il compte pas moins de 270 membres. Pour se développer à l’international, l’organisation scandinave a imaginé le programme "Life Science Ambassador" qui permet de faire des échanges de personnel entre clusters de différentes régions du monde. Un premier échange vient de commencer avec un cluster d’Osaka au Japon

 

BeLCAR (Allemagne) : cette récente structure est spécialisée dans les clusters dédiés à l’industrie automobile, avec comme principaux partenaires les régions de Stuttgart en Allemagne, de Catalogne en Espagne et de Lombardie en Italie.

 

Un nouvel outil : l’European Cluster Alliance

 

Fondée il y a deux ans dans le cadre de l’initiative PRO INNO de la Commission européenne, l’European Cluster Alliance a pour ambition de favoriser le partage d’expériences car les méthodes politiques en matière de clusters varient à travers l'UE et il n’existe pas de modèle universel. Ses membres réfléchissent par exemple aux meilleurs instruments financiers permettant de développer un cluster dans une région donnée.

 

Cette structure dont fait partie l’agence française Oséo, tiendra à Sophia Antipolis le vendredi 14 novembre sa première assemblée générale. Elle sera l’occasion de présenter l’European Cluster Observatory qui vient notamment de répertorier les pôles de compétitivité et les clusters dans les pays européens : www.clusterobservatory.eu

 

Un Forum organisé par la Fondation Sophia Antipolis

 

Le Forum des Pôles de Compétitivité rassemble chaque année depuis 2005 à Sophia Antipolis les principaux acteurs de l’innovation, en France et en Europe. Le quatrième forum des pôles de compétitivité est organisé par la Fondation Sophia Antipolis en coopération avec la Direction générale Entreprises et Industrie de la Commission européenne, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, la Direction générale des Entreprises du Ministère de l’Economie, de l’industrie et de l’Emploi, la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires et CDC Entreprises. Avec le soutien du Conseil Général des Alpes-Maritimes, de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis et du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

 

Ajouter un commentaire