Grasse célèbre la renaissance d'une plantation historique de jasmin

Posté dim 07/10/2018 - 20:05
Par admin

L'inauguration du Domaine de La Colle Blanche hier matin à Plascassier, sonne comme une revanche pour le Pays de Grasse et ses fleurs à parfum : elle célèbre la renaissance d'une plantation historique.

Inauguration

L'inauguration hier matin, jeudi, du Domaine de La Colle Blanche, à Plascassier, dans le Pays de Grasse se révèle emblématique pour trois raisons. La première, parce qu'il s'agit de la renaissance d'une plantation historique du jasmin de Grasse. La seconde, parce qu'elle a pu se faire grâce à un dispositif innovant de portage du foncier, initié par la SAFER PACA, en collaboration avec Coop de France et la Région Sud (la particularité de ce dispositif réside dans la possibilité de cofinancement d’acquisitions foncières par la SAFER, de collectivités, de personnes morales -ex. parfumeurs-, de Banques, d’Assurances…). Enfin la troisième raison est que cette renaissance s'inscrit dans une politique plus générale du pays de Grasse que Jérôme Viaud, président de la communauté d'agglomération, a lancée en faveur du maintien et du développement de l’activité agricole, notamment à travers la filière "Fleurs d'exception"(Photo @DR, lors de l'inauguration, Maurin Pisani au micro et à droite, Anne Caluzio, les deux producteurs de jasmin).

L'accès au foncier, casse-tête des agriculteurs

L’accès au foncier, tout particulièrement sur la Côte d'Azur est un véritable casse-tête pour les agriculteurs. L’installation deux producteurs de jasmin, Anne Caluzio et Maurin Pisani, au Domaine de La Colle Blanche en témoigne. C'est l'aboutissement d'un long cheminement. Après avoir fait leurs armes chez une productrice de fleurs à parfum à Grasse, Anne et Maurin, constatant que la demande des parfumeurs était bien présente, se mettent en quête d'un terrain.

Après des années de recherche infructueuse, la SAFER PACA s’adresse à eux en novembre 2017. Elle vient d’acquérir l’une des dernières propriétés agricoles de la banlieue de Grasse, à l'occasion d'une succession. Maurin Pisani pose sa candidature ; elle est retenue. En janvier 2018, le couple d’agriculteur monte un dossier de prêt et contacte plusieurs banques. Mais patatras. Contre toute attente, leur demande est retoquée.

La solution de financement avec la création de la SCIC Terres Adonis

D'où la recherche d'une alternative au système de financement classique. Elle a abouti avec la création d'une SCIC (Société Coopérative d’Investissement Collectif), Terres Adonis. Son intérêt ? Avec la fondation de la SCIC par la SAFER PACA, Coop de France et la Région Sud, les collectivités locales peuvent contribuer au financement en achetant des parts sociales et ainsi favoriser l’acquisition d’un foncier qu’elles considèrent comme vital pour la préservation de leur territoire. De même, le capital de la SCIC est ouvert à des partenaires privés comme les banques, assurances, agences de développement ou toute entreprise privée qui souhaiterait par exemple sécuriser ses approvisionnements comme c’est le cas ici avec des parfumeurs de renom. 

De son côté la SCIC, propriétaire des terres, signe un bail rural avec l'agriculteur, d'une durée de 7 ans minimum. L’exploitant agricole est également la seule personne physique à pouvoir entrer au capital de la SCIC. Lors de la vente, il sera prioritaire sur le rachat du foncier et sera agréé par la SAFER dans le cadre de ses procédures légales. Cette démarche d’externalisation du financement permet ainsi de limiter l’endettement tout en contribuant à l’installation d’agriculteurs.

Terres Adonis sera officiellement créée le 13 novembre prochainaprès validation des statuts par le Conseil d’Administration de la SAFER. Mais depuis l'été dernier, Anne Caluzio et Maurin Pisani ont déjà pu démarrer leur exploitation de jasmin (le domaine dispose d'un hectare de plantation de jasmin). Leur production a déjà des débouchés. Ainsi Dior, très investi dans les plantes à parfum de Grasse, a notamment signé un contrat d'achat sur 5 ans.

Le Pays de Grasse veut maintenir des espaces agricoles

Cette renaissance d'une plantation historique du jasmin de Grasse a été célébrée hier matin en présence de François Demachy, parfumeur-créateur de la Maison Dior, des représentants de la parfumerie grassoise, du président de la SAFER PACA, Patrice Brun et des élus dont le député de la circonscription, Loïc Dombreval et le président de la communauté du Pays de Grasse Jérôme Viaud.

Ce dernier n'a pas manqué à cette occasion de rappeler sa volonté de maintenir à Grasse des espaces agricoles, "constitutifs de notre patrimoine et de notre identité" à travers la révision du Plan Local d’Urbanisme. "Très concrètement, ce sont 72 hectares de zones urbaines et 700 hectares de zones naturelles qui seront désormais sanctuarisés et dédiés à l’agriculture et à la culture des fleurs à parfum. Ils s’ajouteront aux 187 hectares de zones agricoles déjà inscrites dans notre document d’urbanisme", a-t-il souligné.