Grève : une semaine qui s'annonce de nouveau très perturbée dans les AM

Il faudra faire avec aujourd'hui, sans aucun doute demain et certainement pour le reste de la semaine : vos déplacements et votre vie quotidienne seront de nouveau très perturbés pour la douzième journée consécutive. Entamé le 5 décembre, le mouvement de grève contre la réforme des retraites se poursuit et va impacter fortement les transports en commun dans le département, rail, bus, tram et par ricochet les transports individuels sur la route avec des embouteillages qui, s'ils ne sont pas encore à la mesure des 600 km de bouchons que subissent les Parisiens, sont encore plus conséquents que d'habitude dans les AM.

Et aujourd'hui, ce risque de perturbation routière s'élève d'un bon cran avec l'appel à la grève que les transporteurs routiers ont lancé pour le lundi 16 décembre. Ils réclament de meilleures conditions de travail et de salaire et ont appelé pour ce lundi à "des actions sous forme de rassemblements de blocages ou autre, dans toutes les régions de France". A surveiller.

Côté train dans les Alpes-Maritimes, selon les prévisions de la Sncf, ne circuleraient aujourd'hui lundi que trois trains sur dix (22 TER sur Cannes-Nice et 26 sur Nice-Vintimille, les liaisons cannes Grasse ou Nice-Breil ne se faisant uniquement que par car de substitution). Les transports en commun par bus devraient se trouver au niveau des jours précédents, sans grand changement.

Ce qui ne sera pas le cas demain mardi 17 décembre, avec une nette aggravation à prévoir pour cette troisième journée de manifestation et de grève générale et nationale. La Métropole Nice Côte d'Azur devrait être particulièrement touchée avec aucun tramway en circulation et très peu de bus, tandis qu'un rassemblement est programmé à 10 heures devant la gare Thiers de Nice. Les transports en commun des autres villes du département seront également affectées, il y aura encore moins de trains, plus d'embouteillages, des écoles fermées, des services au grand ralenti : à quelques jours de Noël, le bras-de-fer avec le gouvernement ne faiblit pas.