IBM La Gaude : la tension monte autour de l'option Sophia

Posté ven 28/01/2011 - 15:55
Par admin

IBM La Gaude : la tension monte autour de l'option Sophia

A Sophia Antipolis, l'immeuble "Le Navigator" face à l'Ademe, et à côté des locaux de Schneider Electric, une unité de 400 personnes qui, elle, devrait déménager en avril sur le site de la ZI de Carros.

 

Alors que le déménagement d'IBM de La Gaude sur Sophia Antipolis semble se préciser un peu plus chaque jour, les syndicats ont décidé de monter un premier tir de barrage d'envergure. Ainsi l'intersyndicale IBM La Gaude organise lundi 31 janvier à 14 heures, une "Marche Bleue" à La Gaude pour l'emploi local. Il s'agit d'une action commune avec les maires, élus, associations de commerçants et autres acteurs locaux de la Gaude, Vence, Saint-Jeannet, Carros, le Broc ainsi qu'avec les salariés IBM et les sous-traitants. Cette marche de protestation partira du site IBM en direction du centre de La Gaude. Le maire Michel Meïni "apporte son soutien actif à cette manifestation républicaine et unitaire pour l'emploi local" indiquent les syndicats.

 

Pour les syndicats, c'est déjà décidé

 

Pour les syndicats le déménagement est décidé même s'il n'a pas encore été annoncé officiellement. Pour eux, la Direction IBM France et sa division Financière ont dans les faits, déjà opté pour le départ du site historique de la Gaude "pour éparpiller les 650 salariés IBM et les 300 sous-traitants sur 4 bâtiments à Sophia Antipolis (un bail par bâtiment)".

 

Deux échéances en tout cas se rapprochent : la première le 24 février est la date butoir pour la location ou non de l'immeuble "Le Navigator" à Sophia Antipolis; la seconde date butoir est celle du 28 février et concerne le renouvellement ou non du bail avec la société Matrix, propriétaire de l'immeuble historique d'IBM à La Gaude. IBM a en effet la possibilité de sortir du bail en 2012 avec toutefois une pénalité d'un an de loyer tandis qu'une seconde fenêtre de sortie ne serait pas ouverte ensuite avant 2015.

 

Les craintes d'une "restructuration sournoise"

 

"Déjà deux informations en vue de consultation ont eu lieu au Comité d'Etablissement d'IBM la Gaude. Suite à une pétition organisée par l'union Intersyndicale (CFDT, CGT, CFE-CGC, FO, SNA, UNSA), le personnel IBM et sous-traitants s'est prononcé pour rester à La Gaude avec tous nos emplois IBM et soustraitants", indiquent les syndicats dans un communiqué largement distribué autour du site. Toutefois, ce que les syndicats redoutent, plus encore que le déménagement sur la technopole, c'est une "restructuration sournoise", accompagnée de suppression d'emplois, qui se cacherait derrière le transfert d'un site à l'autre.

 

Selon eux, le prétexte économique invoqué par la Direction IBM pour ce déménagement "n'est absolument pas justifié et la Direction élude les questions posées par les élus du personnel au comité d'établissement. C'est pourquoi le personnel IBM et l'Intersyndicale concluent que ce déménagement n'est qu'une vulgaire technique d'écrémage conduisant à des suppressions d'emplois, des externalisations de missions, une dégradation certaine de nos conditions de travail et à moyen terme, un démantèlement complet de la compagnie IBM dans la Région PACA ...." écrit l'intersyndicale. Et de faire valoir qu’IBM a "empoché 24 millions d'euros d'aides régionales pour différents projets technologiques" avec pour seul projet technologique " de parquer son personnel à Sophia dans un espace de travail réduit de 25 %". Et cela sans place prévue pour les sous-traitants.

 

15.000 m2 à La Gaude, mais seulement 9.000 à Sophia...

 

"En effet, le site de Sophia en prévision couvre 9.000 m2 contre 15.000 m2 actuellement occupés à La Gaude", remarque Serge Kerloch, délégué syndical CGT. "Des emplois vont forcément disparaitre ! La preuve : en même temps que la Direction engage ce déménagement à marche forcée, les salariés du secteur de la propriété intellectuelle à IBM la Gaude (9 postes dédiés aux activités de brevet, dont 5 ingénieurs-propriété intellectuelle et 4 assistants) ont déjà appris que leur activité est d'ores et déjà purement et simplement délocalisée à l’étranger et qu’ils vont être "redéployés".

 

"Sans compter que ce déménagement causer des dommages économiques sur les activités de La Gaude et des communes environnantes. Les services publics (poste, gendarmerie, écoles, mairies, pompiers, élus locaux), les commerces (restaurants, hôtels, cafés, garages) de toutes les communes proches du site verront leurs activités réduites proportionnellement", poursuit Serge Kerloch. D'où à un mois de la date butoir, l'appel à l'action des salariés, des sous-traitants, de la population et des acteurs économiques des communes environnantes.

Ajouter un commentaire