Inondations : Biot pourra racheter une vingtaine de maisons de plus

Sur le front des inondations, une bonne nouvelle pour Biot, ville martyre en octobre 2015 : la Commission Mixte Inondation donne un avis favorable pour les financements de l’Etat du Programme d’Actions de Prévention des Inondations Loup, Brague et Vallons côtiers (PAPI 2 CASA). Récemment voté par la CASA, son budget était passé de 11 à 24 millions d’euros avec pour objectif de réaliser les travaux nécessaires à la suite des terribles inondations d’octobre 2015, notamment le rachat de toutes les habitations du hameau de la Brague pour renaturer le lit du fleuve et sortir des Biotois du risque.

Ainsi, une vingtaine de maison en bordure de la Brague ont déjà été rachetées dont cinq du hameau de la Brague qui avaient eu les rez-de-chaussée immergés. Près de vingt maisons supplémentaires, notamment celles du hameau de la Brague particulièrement sinistré pourront être rachetées au prix des domaines (et non avec la forte décote due à leur inondabilité). Des maisons qui, soit dit en passant, ont été construites entre les années 80 et 90 à des endroits où les anciens s'étaient toujours bien gardés de s'installer.

"J’ai une pensée émue pour tous les habitants du Hameau de la Brague, dont je partage la détresse à chaque intempérie, et qui vont enfin pouvoir sortir du risque, grâce au rachat de leur habitation" a déclaré Guilaine Debras, qui était montée mardi à Paris défendre l'avenant à PAPI 2. "Aujourd’hui, il nous faut réparer les erreurs d’aménagement du territoire faites ces 40 dernières années. Le rachat des maisons très exposées, le reprofilage du lit de la Brague et la renaturation de ses berges vont à la fois réduire le risque, favoriser la biodiversité et aménager des espaces de loisirs pour tous."

"Face à des événements climatiques comme ceux que nous avons vécu ces derniers jours, des solutions sont possibles. C’est l’essence de ce PAPI, préparer un avenir durable pour nos territoires, un aménagement maitrisé qui protège l’humain et la nature" conclut le maire de Biot.

Étiquettes