Inondations : des infrastructures à adapter au changement climatique

Bis repetita ! A quatre ans d'intervalles, les inondations du week-end ont ravivé le douloureux souvenir du 3 octobre 2015 et confirmé l'inadaptation de nos infrastructures à des incidents climatiques qui risquent de devenir de plus en plus fréquents et violents.

Inondation Nice tram

"Aucune infrastructure n'est adaptée sur notre littoral urbanisé", martelait encore début novembre l'association Meteo06, après les orages du 31 octobre qui avaient noyé Nice. Beaucoup plus violentes et massives, avec des cours d'eau qui ont débordé un peu partout dans les Alpes-Maritimes et le Var, les intempéries de ce week-end l'ont hélas confirmé. Elles ont ravivé les douloureux souvenirs d'un autre week-end sinistre : celui des samedi et dimanche 3 et 4 octobre 2015 et son tragique bilan de 20 morts assortis de dégâts matériels considérables. (Photo : le tram de Nice dans plus d'un mètre d'eau lors des orages du 31 octobre).

Il avait alors été reproché d'avoir tardé à lancer l'alerte maximum. Ce n'a pas été le cas cette fois. La météo avait bel et bien prévu cet épisode "méditerranéen", les cellules d'alertes avaient été activées et le plan ORSEC a même été mis en œuvre avec les sirènes qui ont hurlé vers 18 heures dans une bonne partie des villes azuréennes. Un système d'alerte qui a contribué à éviter un bilan aussi lourd qu'en 2015, même si ces intempéries de novembre 2019 ont quand même tué (4 personnes mortes noyées dans le Var et deux disparus).

Le bilan matériel devrait quant à lui être lourd. Les premières estimations des assurances, données dans les médias, parlaient de 150 à 300 millions d'euros de dégâts alors que les rivières commençaient une lente décrue (les inondations de 2015 s'étaient soldées par près de 1 milliard d'euros de dégâts). Si le Var (et notamment la région d'Hyères ou de Roquebrune-sur-Argens) a été très impacté, dans les Alpes-Maritimes, l'eau s'est une nouvelle fois acharnée contre Mandelieu (notamment la zone des Tourrades), sur Pégomas et sur Biot où les travaux de rétention d'eau effectués n'ont pas évité les débordements de La Brague. Mais un peu partout, ce sont des maisons inondées, des routes coupées, des voitures submergées, des locaux d'entreprises noyés qui sont à déplorer.

Et puis, avec ces deux épisodes d'inondation à quatre ans d'intervalle, c'est la peur qui désormais va s'installer chez toutes les victimes alors qu'avec le changement climatique, ces phénomènes risquent de se répéter plus souvent avec plus de violence. D'où la nécessité d'accélérer l'adaptation des infrastructures à une météo qui risque d'être de plus en plus dangereuse, que ce soit en termes de pluie et d'inondations, qu'en termes de sécheresse et d'incendies.

La CCI Nice Côte d'Azur se mobilise pour aider les entreprises impactées

La CCI Nice Côte d'Azur s'était déjà très largement mobilisée pour aider les entreprises victimes des inondations du 3 octobre 2015. Des actions qu'elle reprend suite aux intempéries du 23 novembre. La Chambre vient ainsi de mettre en place numéro unique - 04 93 13 75 73 -  dédié aux entreprises et commerces impactés par les intempéries. De plus, elle assure, dès ce lundi 25 novembre, un premier accompagnement destiné à les recenser et les renseigner sur les différentes démarches à suivre.

Une task-force, constituée de plus de 10 collaborateurs, se déploie sur les zones de Cannes/Mandelieu, Pégomas, Biot et la bande littorale. En lien avec les Présidents d’Associations, les Syndicats Professionnels, les Fédérations de commerçants et groupements d’entreprises, la CCI, face à l’ampleur des dégâts, a la volonté d’agir concrètement à côté de ses partenaires en invitant les entreprises, dans un premier temps, à se manifester en contactant le numéro spécial.

En parallèle, une campagne d’appels sortants est aussi initiée pour contacter directement les entreprises et commerces afin de dresser un état des lieux.

L’objectif est d’accompagner les entreprises sinistrées pour leur permettre de reprendre au plus vite une activité normale en simplifiant leurs démarches : déclaration de sinistre, d’activités partielles, demande de secours urgent, guide, numéros utiles, information assurance et catastrophes naturelles, information chômage partiel…