Juan-les-Pins a célébré ses 130 ans d’existence

Posté lun 21/05/2012 - 18:20
Par admin

Juan-les-Pins a célébré ce week-end ses 130 ans d’existence en organisant un Week-end de la Mer. 4 jours de festivités marqués notamment par des démonstrations de ski nautique avec la participation de Patrice Martin, ainsi qu’un étonnant spectacle de rue et de feu Odysseus ou le voyage imaginaire. Malgré des conditions météo guère favorables, Juan-les-Pins a renoué avec la tradition festive de cette station balnéaire créée en 1882 et qui explosa véritablement dans les années 1920 où, sous l’impulsion de Frank Jay Gould et d’Edouard Baudouin.

Juan-les-Pins a célébré ses 130 ans d’existence

 

La Compagnie Karnarives parcourant les rues de Juan-les-Pins avec son spectacle de feu "Odysseus"

A l’initiative de la Fédération Tourisme et Commerce, Juan-les-Pins a célébré ce week-end ses 130 ans d’existence en rendant hommage à son histoire et à son identité. Si la météo n’a pas toujours été clémente durant ces 4 jours de festivités, les manifestations prévues ont pu se dérouler normalement, y compris les promenades sur voiles latines à partir du ponton Courbet et les démonstrations de ski nautique  dans la baie de Juan-les-Pins avec la participation exceptionnelle de Patrice Martin, l’ex Petit Prince de la discipline qui compte à lui seul 12 titres de champion du monde et 34 titres européens. Le centre de Juan-les-Pins a également vibré samedi soir au rythme d’un étonnant spectacle de rue et de feu Odysseus  ou le voyage imaginaire, adaptation onirique de l’Odyssée d’Homère interprété par la Compagnie Karnavires qui a enchanté le public.

Juan renoue avec sa tradition festive

Si l’on ne peut pas vraiment dire que ce Week-end de la Mer ait fêté l’arrivée de l’été, ce qui était l’objectif des organisateurs, il a par contre renoué avec la tradition festive de la station balnéaire créée en 1882 avec l’ambition d’en faire une station hivernale réservée à l’aristocratie internationale. Juan qui explosa véritablement dans les années 1920 où, sous l’impulsion de l’homme d’affaires américain Frank Jay Gould et du casinotier Edouard Baudouin, les célébrités comme Rudolph Valentino, Scott et Zelda Fitzgerald se pressèrent dans les grands hôtels. Une atmosphère de fête qui redoubla encore après la Seconde Guerre Mondiale lorsque le Casino Municipal et le Vieux Colombier devinrent le lieu de passage obligé des vedettes de l’époque : Piaf, Montand, Trenet, ainsi que Sydney Bechet en hommage duquel fût créé Jazz à Juan, le premier festival de Jazz en Europe.   

Ajouter un commentaire