Kyoyu Kitchen à Cannes : le coworking de la restauration

A l'intention des nouveaux professionnels de la restauration (cuisines fantômes, artisans, traiteurs 2.0), Jennifer Court propose une solution clé en main : un local tout équipé, avec stockage, plan de travail et espace de production partagé.

Kyoyu kitchen Illustration

C'est un nouveau concept pour le monde de la restauration qui est lancé dans le bassin cannois avec Kyoyu Kitchen (ex Karma Kitchen) : celui de la cuisine partagée à l'usage des professionnels (il en existe déjà une à Paris et une à Bordeaux). Avec Kyoyu, ouvert début juillet rue Jean Jaurès, en plein centre de Cannes, Jennifer Court propose une solution clé en main à destination des nouveaux entrepreneurs de la restauration : dark kitchen (restaurant conçu uniquement pour la livraison), chefs à domicile, traiteurs 2.0, professionnels de l'événementiel…

Le coworking appliqué aux métiers de bouche

Jennifer Court met ainsi à leur disposition un espace professionnel tout équipé avec stockage, plan de travail individuel, espace de production partagé. Le message à ceux qui veulent se lancer est simple : facilitez le démarrage de votre activité et réduisez vos risques financiers à un simple loyer. En quelque sorte, le coworking appliqué aux métiers de bouche.

Le local ? Six boxes avec une cuisine individuelle de 4 mètres linéaires dans un local partagé. Au total, 173 m2 d’espace de production, 80 m2 de stockage ainsi qu’une partie liée à l’événementiel. Ce modèle, Jennifer Court le teste à Cannes et souhaite l'étendre à d'autres villes en franchise avec en premier lieu Marseille sur un format beaucoup plus grand (4.000 m2).

Du trading international à la cuisine : un parcours atypique

Image
Jennifer Court Kyoyu kitchen
Jennifer Court

Le parcours la fondatrice de Kyoyu Kitchen, 39 ans, est lui aussi très atypique. Cannoise de naissance, master de finance, elle a commencé dans le trading international (New-York, Zürich, Genève et Singapour…) avant de prendre, à Singapour, un virage à 180 degrés dans la pâtisserie. C'est ensuite à Tokyo où elle venait d'ouvrir une cuisine partagée que la pandémie est arrivée au début 2020. D'où retour au pays et nouvelle aventure.

Jennifer Court y montre à nouveau sa détermination. Voulant acquérir plus d'expérience en cuisine, elle est refusée car trop diplômée pour un CAP à l'école hôtelière de Cannes et au Lycée Paul Augier de Nice. Qu'à cela ne tienne. Elle fait son apprentissage à l'école Hoffmann de Barcelone, puis frappe à la porte de grands chefs (Belles Rives à Juan, Gordon Ramsay à Paris…).

Un projet lancé à travers les événements de l'écosystème de l'innovation

Elle lance ensuite son projet cannois de cuisine partagée à travers les événements de l'écosystème de l'innovation : "Sale à Cannes" le valide, "France Active" le retient comme projet de l'année, "Les Premières Sud" le prend en incubation, "Rise Partners" à Sophia le booste, tandis que Jennifer Court, la fondatrice remporte le prix de l’Entrepreneuriat féminin Cannes Côte d’Azur. Un superbe tremplin d'envol pour la cuisine partagée Kyoyu Kitchen qui sera inaugurée le 30 juillet.

Ajouter un commentaire